La cité olympique - Le Ponte Milvio - La mode est aux cadenas

 

Rome Flaminio Ponte Milvio

Pour rejoindre le ponte Milvio, il faut emprunter une de ces grandes et larges voies routières dont le XXe siècle fut friand, la viale Tiziano, qui longe l’ancien village olympique. Celui-ci comprenait 1 300 logements qui furent ensuite loués ou vendus. Les malfaçons furent si nombreuses qu’une enquête judiciaire dut être faite suite aux nombreuses plaintes qui aboutirent à la condamnation de plusieurs entrepreneurs à des peines de prison.

« Nous avons eu tant de problèmes avec notre logement que nous ne nous sommes vraiment pas préoccupés de savoir qui y avait alors dormi. Et nombreux sont les locataires qui pensent comme nous, qui vivent pendant des années dans la crainte que les murs ou les plafonds ne s'effondrent, qui s'intéressent vraiment peu à de telles considérations »[1].

Le premier pont sur le Tibre pour la via Flaminia fut construit par le consul Cauïs Nero en 206 av J.C. Il fut remplacé en 115 av J.C par un pont en maçonnerie. Rénové à plusieurs reprises, sa reconstruction en 1805 fut confiée à Guiseppe Valadier, l’architecte de la piazza del Popolo. Las, pour défendre Rome contre les troupes françaises venues rétablir le pape après la proclamation d’une République romaine, Garibaldi fait sauter plusieurs arches du pont en 1849.

Depuis 1978 le pont est réservé aux piétons… et aux amoureux ! En effet, à partir de 2006, les lampadaires du pont sont véritablement recouverts de cadenas accrochés les uns aux autres ! C’est que, la même année, est paru un roman de Federico Moccia, devenu un véritable « best-seller » avec plus d’un million d’exemplaires vendus, « Ho, Voglia di te » (traduit en français par « J’ai envie de toi »). Dans l’histoire, un jeune couple décide de symboliser leur union en posant un cadenas sur un lampadaire du Ponte Milvio, en jetant ensuite la clef dans le Tibre pour souligner leur engagement éternel. L’auteur aurait avoué avoir lui-même placé le premier cadenas sur un lampadaire du pont pour laisser croire à son histoire.

C’est désormais devenu à Rome un rite aussi important que de jeter des pièces dans la fontaine de Trevi en faisant le vœu de revenir à Rome. Au point qu’un des lampadaires a fini par ployer sous le poids des cadenas et qu’il fallut le remplacer en 2007 ! Depuis, la municipalité, dans sa grande sagesse, a posé de fortes barres métalliques qui permettent de protéger les malheureux lampadaires qui n’en pouvaient plus. Si cela a soulagé les lampadaires, cela n’a évidemment pas stoppé cette nouvelle pratique qui s’est répandue comme une traînée de poudre. Les cadenas apparaissent sur les autres ponts de Rome, certains devant estimer que le Ponte Milvio est trop difficile d’accès. Mais les cadenas fleurissent aussi sur tous les ponts du monde, s’ils sont très nombreux sur la Passerelle des Arts à Paris, j’en ai même repéré sur le pont Charles de Gaulle qui n’est pourtant pas des plus romantiques ! Que voulez-vous, tout le monde n’a pas les moyens d’aller à Rome pour y déposer le symbole d’un amour éternel !

Bien évidemment, cette nouvelle pratique n’a pas échappé aux vendeurs à la sauvette, ou du moins aux « grossistes » qui alimentent leurs revendeurs en marchandises diverses selon les caprices de la météo ou de la mode : lunettes de soleil, parapluie, ventilateurs, cartes postales, gadgets… et cadenas ! Inutile donc de prendre la précaution de glisser un cadenas et sa clef dans votre valise avant de partir. Vous pourrez vous fournir sur place en cadenas de toutes tailles, de tous modèles, en matériaux les plus divers. Vous en trouverez à des prix différents, selon l’importance de l’investissement amoureux que vous êtes prêts à faire. Enfin, pour ceux qui hésitent ou qui ne souhaitent s’engager que très momentanément, il est aussi possible de poser un cadenas avec une combinaison. C’est pratique, le jour où la romance se termine, vous pouvez essayer de récupérer votre cadenas. Il pourrait ainsi servir une nouvelle fois… à condition de ne pas avoir oublié la combinaison ! La mémoire peut vous jouer des tours.

Ceux qui seront surpris, ce sont les archéologues du prochain millénaire quand le Tibre sera dragué : ils seront confrontés à une masse de clefs rouillées dont ils essaieront vainement de comprendre la provenance.