La basilique Saint-Jean-de-Latran – Le baptistère – La Scala Santa – L’église Santa Croce in Gerusalemme – La Porta Maggiore - Le tombeau de Marcus Virgilius Eurysaces - La Villa Wolkonsky – L’église San Clemente

 

Rome Esquilin Sud

 

Avec huit basiliques, Saint-Clément, Quatre-Saints-Couronnés,Saint-Pierre-aux-Liens, Sainte-Prassede, Saint-Sauveur-de-l’escalier-Saint, Sainte-Croix-de-Jérusalem dont deux majeures, Sainte-Marie-Majeure et Saint-Jean-de-Latran, les quartiers Esquilin et Monti sont particulièrement riches en lieux de cultes de première importance, d’autant qu’ils accueillent aussi de précieuses reliques chrétiennes : escalier gravi par Jésus dans le palais de Ponce Pilate, pilier de la flagellation, morceaux de la vraie Croix, épines de la couronne du Christ, clou de la Passion, chaînes de Saint-Pierre, et je dois en oublier un grand nombre de moindre intérêt. Il n’est donc pas très étonnant que ces quartiers donnent lieu à de grandes processions notamment lors de la semaine sainte. La via Merulana (la rue des merles) a été tracée au seizième siècle par Grégoire XIII (1572 / 1585) et terminée par Sixte V (1585 / 1590) pour organiser des processions entre Santa Maria Maggiore et San Giovanni in Laterano. Elle est toujours le lieu de processions religieuses et, pour la Fête Dieu, le Pape remonte à pied de Saint-Jean-de-Latran à Sainte-Marie-Majeure.

Les pèlerins du XIXe siècle avaient à cœur de visiter les différentes églises où étaient conservés des souvenirs de la passion du Christ, la Scala Santa, Santa Croce in Gerusalemme et Santa Prassede[1]. Le lieu était alors champêtre, entre jardins, potagers et parcs de grandes villas, avant d’être conquis par l’urbanisation et la spéculation galopantes de la nouvelle capitale de l’Italie royale.

« Le chemin qui mène de Saint-Jean-de-Latran à Sainte-Marie-Majeure est en ligne droite : sa position élevée fait qu’il n’y a jamais de boue ; il n’est point à la mode, enfin il réunit toutes les conditions pour offrir une promenade charmante au galop »[2].


[1] Dumax, Victor-Alfred (Abbé) (1827-1894). « Rome durant le carême, la semaine sainte et les fêtes de Pâques, correspondance d'un pèlerin, extraits d'un journal de voyage ». 1859.

[2] Stendhal. « Promenades dans Rome ». 1829.

Liste des promenades dans Rome et liste des articles sur Monti et Esquilino Sud

Télécharger le document intégral.