Le jardin des Simples dans l'amphithéâtre romain - Une église du palais impérial 

 

Rome Esquilino Santa Croce in Gerusaleme 3

L’église Sainte-Croix-de-Jérusalem est située à quelques centaines de mètres de la Scala Santa, en longeant vers l’Est l’enceinte d’Aurélien. Toutefois, avant d’entrer dans Santa Croce remarquez, à droite, une grille en fer forgé originale, de Yannis Kounellis, installée en 2007.

« … la grille semble s’être liquéfiée puis solidifiée en volutes serpentines, une dentelle spiralée, un écheveau, des tours et des détours métalliques, et, dans ce lacis, des dizaines de pierres et de gros cristaux vivement colorés pendent rouges, jaunes, verts, turquoise, on dirait des météorites tombés d’une planète allègre et capturées par ce treillage »[1].

La grille ferme un délicieux jardin, qui ne se visite malheureusement pas, mais dont on peut avoir une idée grâce aux photos satellites. Le jardin est situé dans une arène elliptique, l’ancien amphithéâtre romain Castrense, puis lieu de spectacle pour la cour de la résidence impériale de Sainte-Hélène.

 C’est aujourd’hui un jardin des Simples, découpé en parterres rayonnants autour d’un bassin central. Quatre allées, orientées selon les points cardinaux, ombragées d’une pergola, dessinent une croix. Ce remarquable petit jardin est entretenu par les moines cisterciens qui vendent leur récolte de légumes dans une boutique voisine, pendant la saison, les mardi, jeudi et samedi matin.

À l'époque de l'empereur Auguste, l'Esquilin était une zone périphérique et résidentielle. Elle a alors été choisie par les empereurs, au troisième siècle, pour construire la résidence impériale qui comprenait un palais, le cirque Variano et l'amphithéâtre de Castrense, puis inclus dans les murs d'Aurélien construit entre 271 et 275. Le palais fut restauré par l'empereur Constantin et reçut le nom de « Sessorium ». En 324, quand Constantin transféra la capitale de l'empire à Constantinople, la résidence demeura la propriété de sa mère Flavia Giulia Elena (248 / 329), future Sainte-Hélène. Le palais subit alors de nombreux changements, dont le plus important fut la transformation d'une partie de l'ensemble résidentiel en chapelle pour contenir les reliques ramenées de terre sainte par Sainte-Hélène.

Le pèlerinage à Rome s’effectue en faisant le tour des sept églises (visita delle Sette Chiese). Entrepris au début des années 1540 par Saint-Philippe-Néri, il devint une pratique instituée à partir de 1559 en faisant le tour des quatre basiliques majeures, Saint-Jean de Latran, Saint-Pierre, Saint-Paul-hors-les-murs, Sainte-Marie-Majeure, et des trois basiliques mineures, Sainte-Croix-de-Jérusalem, Saint-Laurent hors les murs, Saint-Sébastien-hors-les-Murs. Le parcours peut s’effectuer en une journée, et Sainte-Croix-de-Jérusalem constitue la quatrième station après la troisième, Saint-Jean-de-Latran.

Si le clocher roman est gracieux, l’église, fortement remaniée au XVIIIe et largement baroquisée, est de moindre intérêt. Certes, à l’image des grands maîtres du baroque, Bernini et Borromini, les architectes ont multiplié formes ondulantes, structures ovales, pilastres, oculi, balustrades et statues d’anges participant à l’apothéose de la Croix… mais l’ensemble n’est que grandiose et froid. Au mieux, c’est un devoir d’élève honorable.

A l'intérieur, l'église Sainte-Croix présente un plan à trois nefs, séparées par des colonnes de granit qui sont celles de la basilique primitive. Une partie en a été muré. Le pavement cosmatesque est magnifique de finesse et de couleur. Dans l’abside, une fresque d’un peintre romain, Antoniazzo Romano (vers 1492), illustre la découverte de la vraie croix par Sainte-Hélène, sous une forme narrative proche de celle d’une bande dessinée. Les personnages sont représentés, comme cela était habituellement le cas à la Renaissance, dans des costumes de cette époque et non dans ceux de l’époque romaine ; ce qui ajoute de l’intérêt à la fresque !


[1] Marco Lodoli. « Nouvelles Îles – Guide vagabond de Rome ». 2014.

Liste des promenades dans Rome et liste des articles sur Monti et Esquilino Sud