Un petit bijou signé Borromini - Un volume intérieur composé de trois ellipses - Un remarquable petit cloître

 

Rome Monti San Carlo 1

Le grand axe Nord-est / Sud-ouest des via del Quirinale et XX settembre (autrefois via Pia), percé par Pie IV Médicis (1499 / 1561) en 1561 et relie le palais du Quirinal à la porta Pia, croise une voie perpendiculaire, les via alle Quattro Fontane et Sistina, tracée par Sixte V Peretti (1521 / 1590) trente ans plus tard. A leur croisement, des fontaines furent placées à la fin du XVIe siècle aux encoignures des rues, sur des pans coupés. Quatre personnages allongés sont représentés ; les statues masculines symbolisent les fleuves Tibre (avec la louve) et l’Arno, les statues féminines Junon (déesse protectrice de Rome) et Diane (symboles de la fidélité et de la force).

A un coin du croisement, San Carlo alle Quattro Fontane (1634 / 1667) est une petite église de couvent, étroite et peu profonde. Borromini avait très peu de place pour développer son monument : on dit généralement qu’elle occupe une surface égale à celle d’un des piliers de la coupole de Saint-Pierre ! Elle se signale, à l’extérieur, par une coupole en ellipse, sur tambour, et surmontée d’un petit temple octogonal couvert lui-même d’une curieuse toiture faite de disques à redents, superposés et de tailles décroissantes. La façade, très étroite, est à deux ordres de colonnes, placées en biais pour souligner un double mouvement d’ondulation de la façade. L’étroitesse et la très grande hauteur de la façade sont brisées par la présence d’un très fort entablement séparant les deux ordres de colonnes superposées. L’ensemble est dominé par un énorme médaillon ovale, en surplomb, séparant l’attique en deux parties. Je lui attribuerais volontiers la référence maximale dans « l’échelle de Termini » du baroque romain : 10 !

Les formes intérieures sont déterminées par le jeu de trois ellipses, celle de la nef articulée avec celle des chapelles situées de chaque côté du petit axe, mais aussi avec celle du grand axe, entre porte d’entrée et chapelle de l’autel. Des colonnes soulignent les croisements de ces différentes formes. Placées également en fond de chacune des chapelles et supportant un fronton triangulaire, elles introduisent des formes géométriques simples et rectilignes en opposition aux courbes générales de la nef.

 

Rome Monti San Carlo 2

 

Le dôme, très allongé, est à caissons aux formes composites, cruciformes, hexagonales et octogonales. Si le plan apparaît extrêmement complexe, la décoration intérieure reste très sobre. Pas de marbres colorés, ni peintures, ni dorures et encore moins d’angelots virevoltants. Tout l’intérieur est de stuc blanc. Contrairement à ce qu’imaginent généralement les Français, le style baroque n’est pas nécessairement caractérisé par l’exubérance des éléments décoratifs et la profusion des dorures. On peut être « baroque » sans ces accessoires ! Le baroque, notamment de Bernini et Borromini, est essentiellement caractérisé par l’art du mouvement et de la dynamique des formes architecturales.

N’hésitez pas à franchir la porte située à la droite de l’autel car vous déboucherez alors dans un remarquable petit cloître rectangulaire, aux coins arrondis, et composé de deux ordres superposés de loggia. La loggia du rez-de-chaussée, aux arcades successivement droites et arrondies, est plus haute que celle du premier étage, pour accentuer encore l’effet visuel de hauteur et donner l’impression que le cloitre est plus grand qu’il n’est.

Liste des promenades dans Rome et liste des promenades dans la Rome baroque

Télécharger le document intégral.