Un médiocre état du réseau routier - Et quelques surprises sur autoroute

 

Allemagne RDA Gernrode 2

Les routes sont évidemment dans un état correspondant à celui du parc automobile. Le plus souvent, elles n’ont pas connu de grandes modifications depuis 1945, les chaussées sont encore très souvent pavées, notamment dans les villages, ou composées de grandes dalles de béton sur les grands axes routiers et les autoroutes. Ces dernières ont aussi beaucoup souffert de la guerre et des outrages des ans : effondrement, dalles cassées, joints usés. Parfois même, ce sont les ponts qui n’ont pas été reconstruits et il n’est pas rare, sur les autoroutes, qu’une seule voie, en double sens, soit alors en service.

Là encore les blagues ne manquent pas… Deux policiers, un expérimenté et un jeune nouvellement recruté, sont chargés de contrôler le taux d’alcoolémie des automobilistes, lequel est situé très bas. Plusieurs voitures passent en zigzagant dangereusement mais, à chaque fois, le policier expérimenté freine le zèle de son jeune collègue qui était prêt à les arrêter et à sévir. Par contre, il lui intimide l’ordre d’intervenir pour un véhicule qui roule bien droit en lui affirmant que le conducteur est complètement ivre ! Pourquoi ? C’est le seul qui n’évite pas les nids de poule !

Les stations-services sont peu nombreuses et toujours soigneusement fermées le week-end pour respecter le légitime repos des travailleurs. Les files d’attente sont donc fréquentes aux pompes en fin de semaine. Heureusement, les automobiles des pays de l’Ouest fonctionnent au super et, s’il n’existe qu’une seule pompe délivrant ce carburant, il y a rarement de l’attente. Trabant et Wartburg roulent au carburant deux temps.

Sur autoroute, les stations-service sont ouvertes 24 heures sur 24 mais elles ne sont présentes que sur une seule des deux voies de circulation. Les véhicules venant en sens inverse traversent alors tout simplement votre voie de circulation pour se rendre dans la station. Là encore, la chose se résout sans trop de mal car la circulation est rare et la vitesse des automobiles limitée. Mais, ce n’est pas sans créer quelques émotions à un conducteur de l’Ouest peu préparé à ces dangers particuliers : l’effet provoqué par un énorme poids lourd traversant la chaussée sous votre nez pour rejoindre une station-service est assez saisissant.

« La R.D.A disposait de 1818 km d’autoroutes. Celles-ci sont pour partie très anciennes (datant de l’avant-guerre), et alors plutôt en mauvais état, pour partie récente (440 Km construits depuis 1960) et ainsi plutôt en bon état. En R.D.A on est jamais très loin d’une autoroute, le pays se traverse ainsi facilement. Mais il est conseillé d’être prudent, car la chaussée est souvent inégale : des tronçons goudronnés succèdent à d’autres bétonnés ou pavés, les ponts souffrent sous l’effet du gel, les chantiers et déviations sont fréquents. La file de gauche est généralement moins usée que celle de droite… mais on ne peut y rouler en permanence »[1].


[1] Paul Lavaud. « La R.D.A au quotidien ».1985.

Liste des articles sur la RDA.

Télécharger le document intégral