Un accueil simple et chaleureux - Comparaisons internationales et journalistes critiques

 

Cuba La Havane

Plusieurs adhérents de notre association d’amitié avec Cuba nous ont priés de rencontrer leurs amis cubains afin de leur transmettre leur sympathie ainsi que de petits cadeaux souvenirs.

Outre la famille d’un agronome en stage à Montpellier, visitée lors de notre voyage à Pinar del Rio, nous avons également rencontré la famille d’un musicien à Trinidad : maison simple, dans la vieille ville, en travaux afin d’y créer des pièces supplémentaires, mais comprenant l’essentiel de l’équipement ménager : gazinière et réfrigérateur. Pas si différent de ce que l’on peut trouver dans un milieu  modeste en France.

A chaque fois, il nous a été réservé le meilleur accueil, simple et chaleureux.

A la fin du séjour, nous sommes également invités à dîner chez Anna-Maria, femme de ménage dans un petit hôtel touristique de catégorie moyenne sur le Prado, à La Havane. Un des membres de l’association nous a également confié de modestes cadeaux pour elle. Elle habite seule un petit logement, au coin du Prado, dans un immeuble 1900 qui aurait manifestement besoin d’un bon ravalement ! Son appartement comprend un salon, une chambre, une cuisine et une salle de bain. Là encore, le tout d’une propreté méticuleuse.

L’ameublement du logement ferait certainement sourire un de nos journalistes français : canapé et fauteuils en skaï rouge encombrés de poupées, de nounours et de napperons, dessus de lit rose électrique avec dessin d’un cœur… Mais les peintures du logement sont récentes, le sol fraîchement carrelé, les éléments de la salle de bain neufs, le mobilier récent. Elle possède également tout l’équipement ménager de base : gazinière, réfrigérateur, chaîne hi-fi, machine à laver le linge et deux téléviseurs !

Il y a nombre de femmes seules, en France, qui aimeraient avoir un appartement de ce type. Nos journalistes critiques sur la politique cubaine feraient bien, de temps en temps, d’aller enquêter dans nos quartiers populaires car, contrairement à ce qu’ils semblent croire, tous les Français ne vivent pas comme la famille de Carla Bruni ou ne possèdent pas un Ryad à Marrakech.

A contrario, il faut reconnaître que la situation d’Anna-Maria n’est certainement pas non plus celle de tous les havanais. Travaillant en contact avec les touristes, elle bénéficie vraisemblablement de pourboires en CUC, et donc de revenus secondaires appréciables pour les Cubains. Il suffit de se promener dans la vieille ville pour constater que l’état des logements est loin d’être similaire à celui d’Anna-Maria. Mais je ne peux pas m’empêcher néanmoins de penser que nos acerbes journalistes n’ont pas dû souvent fréquenter des amis ouvriers dans une HLM, ni rendre visite à des femmes de ménage vivant seules dans un appartement du vieux Paris ou du vieux Marseille ! J’ai encore le souvenir de visites d’appartements à Paris pour y loger mon fils, acteur débutant, qui me font rétrospectivement dresser les cheveux sur la tête : arrières cours sales, escaliers pisseux, couloirs sombres, aération médiocre, fenêtres donnant sur un mur, pièces étroites, moquettes crasseuses, coins cuisine équipés seulement d’un évier, absence de salles de bain… J’en passe et des pires.

Un peu de décence et de réalisme !

Et encore, je ne dis rien des habitations que j’ai pu visiter dans nombre de pays en développement d'Afrique.

Liste des articles sur Cuba Ouest.

Télécharger le document intégral