Des réalisations importantes – Mais aussi de nombreux échecs visibles

 

Basilicate Matera 4

A qui traverse la Basilicate, les transformations de la région sont visibles dans la plaine littorale et les principales vallées avec le réseau de communication (routes à quatre voies, lignes de chemin de fer électrifiées, gazoducs) et l’implantation d’entreprises. Réforme agraire et irrigation ont permis l'installation de petits paysans à côté des grandes exploitations capitalistes issues des anciens latifundia, De 1950 à 1965 le revenu des familles du Sud augmentait à la même vitesse que celui des familles du Nord. Des villes nouvelles sont nées comme Policoro, Metaponto, ou installées à côté de centres anciens comme à Matera. A Melfi, une usine automobile de la Fiat a été créée, ainsi qu’un pôle « mobilier du divan » entre Matera et les Pouilles et un petit centre de production de lingerie à Vùlture [1].

La « Cassa per il Mezzogiorno », créée en 1950 par le gouvernement De Gasperi, était un organisme public chargé d’élaborer, financer et réaliser des projets de développement dans le Sud de l'Italie. En 1975, elle avait irrigué 2 millions d’hectares, édifié 62 barrages, 52 aqueducs et des systèmes d’épuration d’eau ; elle avait construit 6 000 km de routes et en avait refait 20 000, électrifié les voies ferroviaires et ouvert de nombreux centres industriels. La suite est chaotique… La Cassa fut supprimée en 1984, une Agence pour la promotion et le développement du Sud créée en 86 puis supprimée en 93, le Ministère de l'Economie et des Finances étant alors chargé de coordonner les actions publiques notamment avec les fonds européens.

Le plus généralement, il est reproché à cette politique d’avoir « édifié des cathédrales dans le désert » : de grands centres industriels artificiels, occupant peu de personnels, au profit des grands groupes italiens. Les déplacements en Basilicate rendent visibles les limites de cette politique : abandon des terres agricoles comme de nombreuses entreprises et zones industrielles édifiées souvent récemment, insuffisance d’entretien des réseaux et des espaces publics, vieillissement des populations, médiocrité de l’habitat et faiblesse des revenus des habitants.

Si, en Basilicate, l’émigration est aujourd’hui moins importante qu’elle ne le fut (460 000 personnes de 1876 à 1925 !), c’est surtout en conséquence de la baisse du taux de natalité ; la région continue globalement de se dépeupler notamment dans une bande traversant la Basilicate du Nord au Sud qui correspond aux montagnes et collines. A contrario, on ne s’étonnera pas que certaines zones connaissent des soldes positifs : côte ionienne et villes de Potenza, Matera et Melfi. Bref, tout continue de fonctionner à peu près « comme si » une politique volontariste de développement n’avait pas été mise en place, les zones pauvres se dépeuplent et s’appauvrissent, les zones avec des potentialités (carrefour, plaine fertile, ressources énergétiques) se développent.

« Le Mezzogiorno nous fournit en effet le meilleur exemple qui soit de la contradiction fondamentale sur laquelle repose toute conception du développement régional ou national qui prétend à la fois corriger les « retards » existants dans le domaine des infrastructures, des techniques de production, des équipements, « bonifier » les terres, industrialiser... et conserver cependant les mécanismes économiques et sociaux qui poussent à l'abandon de régions entières » [2].

A la fin de son ouvrage Carlo Levi livre les résultats de sa réflexion sur le développement du Mezzogiorno, dont la solution ne lui semble pas ni strictement économique, sociale, ou technique, mais dans l’émergence de nouveaux rapports qu’il imagine d’autonomie (on dirait aujourd’hui, d’autogestion ?). On en est loin, en Italie comme ailleurs…

« L’Etat ne peut être que la somme d’une infinité d’autonomie, une fédération articulée » [3].

 

Metaponto / Montpellier, septembre / octobre 2013.


[1] Parlement européen. « Régions en déclin : un nouveau paradigme démographique et territorial ». 2008.

[2] Jean Poncet. « Les facteurs naturels du sous-développement. L'exemple du Mezzogiorno ». Persée. 1969. N°10.

[3] Carlo Levi. « Le Christ s’est arrêté à Eboli ». 1945.

Liste des articles sur la Basilicate

Télécharger le document intégral