La Potsdamer Platz dans les années 20 et 30 - La Columbus Haus

 

Allemagne Berlin Potsdamer-Platz

Berlin est une ville unique par son histoire dramatique. De création relativement récente, elle est devenue une capitale au rôle économique, politique et culturel majeur en Europe et dans le monde au début du XXe siècle. Puis, après la seconde guerre mondiale, elle connut un relatif assoupissement du fait de son statut particulier et de sa séparation en deux entités aux logiques différentes. A partir d’un premier voyage dans le secteur occidental, en 1965, suivi d’autres dans les années 70 mais dans le secteur oriental cette fois, puis dans Berlin devenue la capitale de l’Allemagne réunifiée, j’ai vu la ville changer profondément et reconquérir son statut international.

Le premier contact avec le nouveau Berlin est marqué par le quartier de la Potsdamer Platz, à la limite entre les anciens secteurs occidentaux et orientaux qui coupaient la ville en deux. Dans les années 1920, la Potsdamer Platz, était le carrefour le plus encombré du continent. C’est là, en 1925, que furent installés les premiers feux de circulation en Europe. Une tour de signalisation, au centre du carrefour, réplique du modèle new-yorkais, réglait la circulation automobile des cinq voies qui convergeaient vers la place.

« Le trafic est ici, officiellement, si dense, sur un espace relativement étriqué, qu’on s’étonne souvent de le voir aussi fluide et tranquille. L’effet apaisant provient aussi des nombreuses corbeilles multicolores et épanouies des marchandes de fleurs. Au milieu, se dresse la fameuse tour de signalisation qui règle le jeu des rues, telle une chaise d’arbitre au tennis » [1].

La Potsdamer Platz comportait en outre deux gares, une immense station de métro, de nombreuses lignes de tramway et d’autobus, composant une plateforme de transport urbain des plus modernes.

Mais plus qu’un nœud de communication, c’était aussi un quartier très animé où se concentraient les commerces, cinémas, théâtres, grands magasins et immeubles de bureau dont le fameux Columbus Haus, un immeuble considéré alors comme l'un des plus modernes d'Europe. Construit de 1930 à 1932, le bâtiment de neuf étages présentait une façade lisse à fenêtres en bandes horizontales. Une structure interne en acier permettait de dégager de vastes espaces pour organiser des plateaux de bureaux, sans coupures de murs porteurs. C’est le premier immeuble en Allemagne qui bénéficiera de la ventilation artificielle.

« C’était un bâtiment aux lignes horizontales appuyées qui rappelait la maquette qu’un prisonnier condamné à une lourde peine pourrait construire à partir d’un stock infini d’allumettes. Mais Columbus Haus me rappelait aussi sa presque homonyme, Columbia Haus, la prison de la Gestapo à Berlin située près de l’aéroport de Tempelhof. Tout cela montre la façon bien particulière dont l’Allemagne rendait hommage à celui qui avait découvert l‘Amérique » [2].


[1] Franz Hessel. « Promenades dans Berlin ». 1929.

[2] Philip Kerr. « L’été de Cristal ». 1989.

Liste des articles sur Berlin.

Télécharger le document intégral