Basdorf et son festival Brassens - L'intelligence se partage entre peuples

 

Allemagne Berlin Basdorf Brassens

Terminons par un autre monument complètement étranger à toute idée de revanche : Brassens ! Un monument que les Berlinois honorent à travers un festival dans la petite ville de Basdorf, dans la grande banlieue de Berlin ! Eh oui, notre Brassens, à nous, à priori tellement français qu’il pourrait être une figure de proue de « l’identité nationale » chère à notre droite réactionnaire, xénophobe et inculte, s’il n’était un magistral exemple de tolérance et de pacifisme.

Sa maîtrise de la langue française, le choix particulier de chaque mot, l’utilisation de tournures anciennes, inusitées, ou au contraire nouvelles, jouant de toutes les possibilités de la langue, laissent à penser combien il doit être difficile de transcrire ses chansons dans d’autres idiomes, notamment dans des langues non latines. De plus le contenu de ses chansons est très lié à une histoire spécifique de la France même si les thèmes de l’amour, de la mort, de la camaraderie et de la solidarité sont universels. Le rapport à la religion et à son clergé, au pouvoir et à sa police, entre la société et l’individu, sont en résonance avec une façon particulière d’appréhender la politique, l’histoire, les rapports sociaux, la place de la personne, qui sont le produit d’une société bien particulière, la notre.

Mais alors, pourquoi un festival Brassens à Basdorf ?

Parce que Basdorf abritait une usine BMW de moteurs d’avions et que Brassens, réquisitionné au titre du Service du Travail Obligatoire, y a travaillé de mars 1943 à mars 1944. Il logeait dans la baraque 25, chambre 5, démolie après-guerre. Il oublia tout simplement d’y retourner après une permission à Paris, passant dans la « clandestinité » chez Jeanne, une amie de sa tante, 9 impasse Florimont, dans le XIVe.

C’est notamment à Basdorf qu’il composa « Pauvre Martin », et qu’il connut « Gibraltar ».

En 2003 s’est créée une association qui ne manquait ni d’ambition ni de culot en décidant d’organiser chaque année, fin septembre, un festival Brassens. Et, comme les Berlinois ne viennent pas nécessairement facilement à Basdorf, les événements s’étendent donc désormais aussi dans la capitale. En 2010, il est prévu des soirées chanson au Centre Français, ou dans le centre Edison de Berlin, mais aussi, bien sûr, à Basdorf sur la « Georges Brassens Platz ». Voilà, notre Brassens acclimaté aux forêts de pins des landes prussiennes !

S’il n’y a pas de frontières à la bêtise, il n’y en a heureusement pas non plus à l’intelligence et au cœur[1].

Dernier clin de l’œil de l’histoire… Basdorf est situé à deux pas de Wandlitz où vivait la « Nomenklatura » de la R.D.A !

Tout cela n’aurait certainement pas manqué d’amuser notre Brassens !

Montpellier, septembre / novembre 2009.


[1] Voir le site du festival Brassens de Basdorf.

Liste des articles sur Berlin.

Télécharger le document intégral