Le triomphe du baroque - Le croc à phynances de la fontaine de Trevi

 

Rome Trevi fontaine de Trevi

Dès votre arrivée à Rome, vous ne manquerez certainement pas d’aller voir une de ses curiosités majeures : la fontaine de Trevi. Peut-être pour vous souvenir de la scène de « La dolce vita »[1] dans laquelle Marcello Mastroianni et Anita Ekeberg descendent dans le bassin de la fontaine, au petit matin, après une nuit que l’on pourrait qualifier « d’agitée » ? Souvenez-vous, « Marcello, Marcello… »…

Les images du film nous laissent croire que la place est vaste or, elle est toute petite. D’autant plus petite qu’elle est généralement pleine de monde alors que, dans la scène du film, il n’y a qu’un spectateur à la baignade de Mastroianni et Ekeberg : un livreur à bicyclette, avec un large plateau posé sur la tête où sont disposés des petits pains ou de la crémerie. En réalité, la fontaine mange toute la place, rare exemple d’une fontaine décorative qui envahit tout l’espace ! Ni Bernini, ni Borromini, n’ont participé à sa réalisation, elle est de Nicolas Salvi. Mais peut-on imaginer monument plus baroque avec rocaille, chevaux ailés, tritons ?

La fontaine est accolée au palais Poli et se compose de trois corps formant un arc de triomphe majestueux et d’un soubassement reposant sur des blocs rocheux. Les niches de l’arc sont encadrées de colonnes colossales d’ordre corinthien supportant un attique imposant sur lequel sont placées les armes du pape Clément XII Corsini (1730 / 1740). La niche centrale contient une grande statue de Neptune, debout sur une conque traînée par des chevaux marins lesquels sont conduits par des tritons. Dans les niches latérales, rectangulaires et plus petites, sont représentées l’Abondance et la Salubrité. Elles sont surmontées de sculptures en relief représentant, l’une la jeune fille qui découvrit la source, l’autre le général Agrippa qui prit la décision de construire l’aqueduc qui alimente la fontaine. Les eaux jaillissent des rochers et tombent dans un grand bassin qui est curieusement situé plus bas que la place.

« Il y a des connaisseurs qui trouvent que l’architecte s’est éloigné en général du caractère qui convient à une fontaine en introduisant une décoration corinthienne des plus riches avec ce qu’ il y a de plus rustique qui est la partie du dessous en rochers. D’ailleurs ces rochers ne sont pas assez considérables et devraient dominer l’édifice comme dans le petit temple de Tivoli plutôt que d’en être dominé » [2].

Sacrés Français ! Toujours à donner des leçons !

Remarquez le coin droit du palais Povi qui souligne le goût des rocailles du XVIIIe siècle… Sur le chaos des (faux) rochers de la fontaine s’élève les pilastres colossaux d’une façade classique. Celui qui est le plus à droite est cassé, morcelé, à sa base, comme s’il était construit sur une ruine antérieure ou qu’il menaçait de d’effondrer lui-même. Juste à côté est situé un gros vase de pierre sur la balustrade : il aurait été placé à cet endroit, alors qu’il n’a pas son pendant à gauche, pour dissimuler la fontaine à un boutiquier qui faisait sans cesse des récriminations lors de la construction de la fontaine la trouvant trop ceci ou pas assez cela. Bon, les Romains aussi peuvent être grincheux.

Comme vous le savez, il est de tradition de jeter une pièce dans la fontaine, dos à celle-ci, pour s’assurer de revenir à Rome. La fontaine arrêtée chaque matin, à sept heures, les six kilos journaliers de pièces sont collectés à l’aide d’un aspirateur à monnaie digne du croc à phynances du Père Ubu[3]. Peut-être les préposés à l’aspirateur chantent-ils :

« Vrai Roi tu l’es dans les Phynances
Quand te rapportent leurs Butins
Les Chiens à Bas de Laine Immenses

& les rigides Palotins »[4]


[1] Federico Fellini. « La dolce vita ». 1960.

[2] Joseph Jérôme Le Français de Lalande. « Voyage en Italie contenant l'histoire & les anecdotes les plus singulières de l'Italie, & sa description ». 1787.

[3] Le bénéfice de la récolte est envoyé à des œuvres de charité qui se partagent près d'un million d'euros par an !

[4] Sous Commission du Pape Marcel. « La Royauté du Père Ubu – Cantate populaire adaptée aux besoins des masses laborieuses ». Collège de Pataphysique. An LXXXVII.

Liste des promenades dans Rome et liste des articles sur le quartier de Trevi

Télécharger le document intégral.