La fontaine du Triton – La fontaine des abeilles – Scandales sous les Barberini

 

Rome Trevi Fontaine du Triton 3

De la fontaine de Trevi, on rejoint la via del Tritone dont le nom est dérivé de la statue de Triton créée par Gian Lorenzo Bernini. A cette époque, on était ici en limite de la zone urbaine, dans un endroit campagnard de jardins potagers, vignes, vergers et auberges champêtres. La rue actuelle a été construite à la fin du XIXe siècle, après l'annexion de Rome au Royaume d'Italie, et les vingt premières années du XXe siècle, quasi simultanément avec l'élargissement de la via del Corso.

La via del Tritone débouche sur la place Barberini… vaste espace envahi aujourd’hui par les automobiles mais où vous pouvez admirer deux magnifiques fontaines du Bernin, la fontaine du Triton et la fontaine des abeilles.

L’ensemble était autrefois beaucoup plus calme et, peut-être était-ce pour ce côté tranquille que, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les cadavres non identifiés découverts dans la ville étaient exposés devant la fontaine du Triton ! Un crieur public invitait la population à venir y reconnaître les corps !

La fontaine du Triton est d’une composition très originale. Construite de 1642 à 1643, pour le Pape Urbain VIII, elle est alimentée en eau par l’aqueduc de l’acqua Felice. Sa composition s’inspire des « Métamorphoses » d’Ovide qui raconte la fin du déluge.

« La colère des flots aussi s’apaise ; le maître des mers pose son trident, aplanit les vagues et appelle le Triton qui s’élève au dessus de l’onde profonde… Il lui ordonne de souffler dans sa conque et de rappeler par un signe les flots et les fleuves ».

La fontaine comporte, au centre, quatre dauphins qui portent avec leurs queues dressées une immense vasque formée par les deux valves ouvertes d’un coquillage. Sur celles-ci, Triton, dieu marin mythologique, fils de Poséidon et d'Amphitrite, mi-homme mi-poisson, crache de l'eau en soufflant dans une conque. L’ensemble reprend certes les compositions traditionnelles des fontaines, un pilier central supportant une vasque ronde, d’où l’eau coule dans le bassin, mais ici point de formes simples, lisses, mais au contraire un jeu de courbes composé des queues des dauphins, des valves du coquillage, de la statue de Triton.

La seconde, la fontaine des abeilles (fontana delle api) est située au bas de la via Vittorio Venetto dans le rione Ludovisi. Elle représente une coquille Saint-Jacques ouverte. Sur la valve horizontale, qui sert de bassin, sont posées trois abeilles, le symbole de la famille Barberini et du pape Urbain VIII (1623 / 1644). Très basse, la fontaine servait à abreuver les chevaux. La valve verticale comporte une inscription latine « Le pape Urbain VIII a construit un ornement public pour l'usage des citoyens - année 1644, XXIe de son pontificat ». A la pose de la fontaine, l’inscription portait la mention : « XXIIe de son pontificat ». Mais il manquait encore deux mois pour atteindre le début de la 22e année du pontificat d’Urbain VIII ! Les Romains attribuèrent alors à Pasquino, la plus célèbre des statues parlantes de Rome[1], un sarcasme lapidaire : « Non contents de sucer le monde, les Barberini veulent maintenant sucer le temps ! »[2].

Face au scandale le neveu du pape, le Cardinal Barberini – à l’époque être cardinal ou pape était affaire de famille - fit modifier l’inscription en remplaçant le XXII par un XXI rétablissant ainsi la vérité. Mais le remède fut pire que le mal car une nouvelle rumeur circula selon laquelle le neveu ne souhaitait pas que son oncle atteigne sa 22e année de règne !

La fontaine a été enlevée en 1865 pour faciliter la circulation. Déjà ! Elle fut stockée dans un magasin municipal. En 1915, il a été décidé de la remettre en place mais une partie des pièces avait disparu. Le sculpteur Adolfo Apolloni en fit alors une copie en travertin au lieu du marbre de Luni. La valve inférieure du coquillage, qui était à l'origine au niveau de la rue, est désormais surélevée sur un socle de rochers ; la valve supérieure n'est plus adossée à la façade d'un palais et se trouve dans une position isolée.


[1] Statues aux cous desquelles les Romains attachaient, de nuit, des libelles dénonçant les abus des puissants.

[2] Ce qu’ils ne réussirent pas à faire : Urbain VIII Barberini mourut huit jours avant le début de cette  22e année !

Liste des promenades dans Rome et liste des articles sur le quartier de Trevi

Télécharger le document intégral.