La faculté d'agronomie d'Osijek - Le parc de Kopacki Rit - Les formidables soirées croates

 

Croatie Osijek

Après cette plongée dans la réalité de la Croatie « d’en bas », la soirée est consacrée à une visite de la faculté d’agronomie d’Osijek. Celle-ci est située place de la Sainte Trinité, dans un des magnifiques bâtiments d’architecture classique qui la décorent. L’ensemble a beaucoup souffert des méfaits de la guerre, les bâtiments sont mouchetés d’impact de balles et les statues de la colonne de la Peste de 1729 qui se dresse en son centre sont brisées et mutilées.

Je ne suis pas sûr qu’en France nous ayons bien compris ce qui s’est passé dans l’ex-Yougoslavie lors de la guerre de libération de 1991 / 1995. Les Français ont, en partie, analysé cette période comme une tentative allemande de reconquête de son aire d’influence dans les Balkans, ce qui n’est certainement pas faux, mais ne rend pas compte de toute la réalité. Nous avons oublié que la fracture entre Croates et Serbes correspond au partage entre les empires romains d’occident et d’orient, laquelle s’est transmise dans le temps sous forme d’une frontière linguistique, religieuse et culturelle, entre alphabets latin et cyrillique, entre catholiques et orthodoxes. Il est en effet curieux de constater la permanence de cette « frontière » dans l’histoire, entre empires romains d’Orient et d’Occident, royaume ostrogoth et empire romain d’Orient, royaumes de Croatie et de Bosnie, empires austro-hongrois et ottoman…

La soirée se termine avec les représentants de l’université dans une table d’hôte située dans une maison forestière décorée de massacres, en bordure du parc naturel de Kopački Rit.

Le Parc Kopacki Rit est une immense réserve naturelle, située près de l’embouchure de la rivière Drava (Drave) dans le Danube, à proximité de la frontière avec la Hongrie et la Serbie. C’est l’une des plus grandes zones de marais préservée en Europe. C’est, en conséquence, une réserve ornithologique d’une grande richesse avec plus de 260 espèces qui y nichent : oie et canard sauvages, pic noir, cigogne noire, aigle à queue blanche… C’est aussi une réserve cynégétique qui comprendrait plus de 7 000 cervidés.

Au cœur du Parc naturel est niché le château de Tikveš. La propriété en fut donnée par Léopold Ier de Habsbourg (1640 / 1705), roi de Hongrie, de Bohême et empereur germanique, en 1697, au prince Eugène de Savoie-Carignan après sa victoire écrasante sur les Ottomans lors de la bataille de la Zenta (affluent du Danube situé plus en aval). Le château fut remanié au XIXe et servit notamment de lieu de résidence au président yougoslave Josip Broz Tito et d’accueil pour les hôtes étrangers avec lesquels il organisait des chasses. Pendant l'occupation de la région de la Baranja par les troupes serbes, le château fut entièrement pillé. Il est aujourd’hui transformé en Centre européen pour l'environnement et en lieu d’accueil touristique.

J’avais été prévenu que je participerais à une « extraordinaire soirée croate », dixit mes mentors, et je m’attendais donc au pire : alcool, boîte de nuit, petits matins blêmes et gueule de bois pour le moins ! Ayant survécu à cette « extraordinaire soirée croate », je peux maintenant témoigner sur son déroulement et son contenu afin que vous puissiez, à l’avenir, vous y préparer. Cela commence par un dîner… jusque là rien que de très normal pour un Européen, pour un Américain je ne dis pas… Charcuterie au paprika, jambon fumé, beefsteak à la zagreboise (même recette que pour le jambon à la zagreboise, mais ici le jambon est naturellement remplacé par un steak ce qui ne vous surprendra pas), le tout arrosé d’un vin rouge croate, avec un café pour clore le tout.

Et l’ambiance ? Une discussion aimable, en croate, anglais et allemand selon les possibilités des différents participants. Le bruit de la conversation étant complété par celui de la télévision que personne ne regarde et qui retransmet un match de foot. Et comme cela ne suffit peut-être pas comme bruit de fond pour animer cette extraordinaire soirée croate, le mari de mon cicérone choisit d’y superposer des chants lavons sur la chaîne hi-fi. A 22h00, nous étions tous au lit. Précisons toutefois que le café final était un café dit « turc » en France, et constituait finalement l’élément le plus « extraordinaire » de la soirée.

Liste des articles sur Croatie - Pérégrinations agricoles en Slavonie

Télécharger le document intégral