Siège du Parlement romain - Puis de la Chancellerie vaticane - Un territoire francophone - Siège du tribunal de la Sacra Rota 

 

Rome Parione Palais de la Chancellerie 2

Le Palais, d’abord utilisé comme Chancellerie pontificale, devint Cour de Justice puis Cour Impériale sous le gouvernement de Napoléon Ier ; il fut ensuite le siège du parlement romain en 1848.

Il connut alors un évènement tragique, l’assassinat, d’un coup de poignard, du nouveau chef du gouvernement pontifical de Pie IX, Pellegrino Rossi, le 15 novembre sur les premières marches de l’escalier du bâtiment.

Suite aux mouvements sociaux et révolutionnaires de 1848, Pellegrino Rossi, juriste, économiste et libéral modéré, avait accepté de former un nouveau gouvernement de l’Etat pontifical, le 15 septembre 1848, avec un programme qui comportait l'abolition des privilèges, la suppression des exemptions fiscales, la séparation des pouvoirs ecclésiastique et civil. Mais ce programme était jugé beaucoup trop révolutionnaire par la Curie, infiniment trop égalitaire par les conservateurs… mais insuffisamment démocratique par les patriotes et républicains italiens ! Cela faisait donc beaucoup de mécontents.

Sa mort entraîna la fuite du pape, la proclamation de la République romaine… et finalement, en 1849, l’intervention armée de la Seconde République française, présidée par le prince Louis-Napoléon Bonaparte. La République française intervenant contre la République romaine pour rétablir la puissance temporelle de la papauté, il fallait le faire ! Hé oui, il n’y a pas toujours lieu d’être très fier de la politique internationale de la France. Quant à Louis-Napoléon, il démontrait ainsi qu’il savait changer de veste avec rapidité. N’avait-il pas été impliqué, dans sa jeunesse, dans les conspirations des carbonari pour l'unité italienne, pour déposséder le pape de son pouvoir séculier, et même n’avait-il pas fait le coup de feu contre les troupes papales en 1831 ?

Après la prise de Rome par les troupes italiennes, en 1870, et le choix de Rome comme capitale du Royaume d’Italie, le palais redevint le siège de la Chancellerie Vaticane.

Les accords de Latran (11 / 02 / 1929) accordaient la souveraineté à l’Etat du Saint-Siège, en échange le Saint-Siège renonçait à toute prétention sur les anciens États pontificaux, il reconnaissait le Royaume d'Italie et Rome comme capitale de l’Etat italien. Ces accords ont eu pour conséquence de concéder, de façon tout à fait unique au niveau mondial, une dimension étatique à une confession religieuse. Cette reconnaissance permet au Saint-Siège d’intervenir sur la scène internationale et d’être représenté en tant que tel dans les organisations internationales.

Le Palais de la Chancellerie est territoire de l’Etat du Vatican et de ses 839 habitants (2013). Il bénéficie, à ce titre, de l’extraterritorialité comme quelques autres palais de Rome tel le palais de la Propagation de la foi, siège de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples (ex Congrégation pour la doctrine de la foi).

Le Palais de la Chancellerie est aussi un territoire francophone car, si la langue véhiculaire utilisée dans l’Etat du Vatican est l’italien, la langue diplomatique est le français et, à ce titre, il est déclaré Etat francophone ! Mais il ne faut pas trop compter sur les possibilités reproductrices de ses 839 habitants pour contrebalancer l’influence grandissante de l’anglais car, à l’exception peut-être de quelques couples de gardiens, ces habitants ont la particularité d’être tous célibataires et revendiquent d’être chastes.

Il abrite notamment le Registre apostolique et le tribunal de la Sacra Rota. Le premier est un recueil des éléments du droit canonique s’intéressant, entre autres, à l’absolution des péchés ; le second est la cour d’appel de l’Etat du Vatican traitant notamment des cas d’annulation des mariages religieux. Si, si… il existe une administration paperassière et papale pour s’occuper de ces choses aussi fondamentales que l’absolution des péchés et l’annulation des mariages religieux à l’heure où les peuples s’entretuent, la pollution menace la planète, le sida fait des ravages et les pauvres meurent de faim ! Mais comment s’en étonner quand un pape a condamné l’usage du préservatif et excommunié une fillette brésilienne ayant avorté suite aux viols répétés de son beau-père !

Liste des promenades dans Rome et liste des articles sur Parione

Télécharger le document intégral.