Une décoration exubérante – Une œuvre à finalités politiques ?

 

Allemagne Bavière Regensburg Alte Kapelle

Le duc Henri IV de Bavière, futur empereur Romain-germanique sous le nom d’Henri II, dit « Le boiteux » (973 / 1024), rétablit la collégiale de Notre-Dame de la Vieille Chapelle, en 1002, laquelle avait été fondée par Louis le Germanique, en 875, qui en avait fait sa chapelle palatiale.

Le bâtiment actuel date du XIIe siècle pour la nef romane et du XIVe pour le chœur gothique. Pour préparer dignement le 750e anniversaire de l’accession d’un duc de Bavière à la dignité impériale (1014), Alexandre Ferdinand prince de Thurn et Taxis[1] commanda en 1747 au sculpteur de la cour, Simon Sorg, une refonte complète de la basilique.

Je suppose (car je n’ai réussi à trouver aucune trace des travaux réalisés) qu’une des premières transformations a été l’ouverture de fenêtres hautes, ou leur agrandissement, dans la nef centrale. Dans l’architecture baroque, la lumière joue un rôle clef pour faire de l’église un espace de clarté, de lumière, symbole de la puissance divine. Cette évolution architecturale était aussi permise par l’invention, en 1687, de la technique du coulage du verre sur table métallique permettant la fabrication de glaces et de vitres de grandes dimensions.

L’ajout de pilastres colossaux sur les piliers et d’une corniche à redents en limite de la voûte permet de découper l’espace, d’animer les surfaces des murs par des reliefs et des ombres. Les grandes fresques du plafond et celles situées au dessus de chacune des arcades de la nef, les encadrements dorés en rocailles, arabesques et enroulement de feuillages, les guirlandes dorées de feuilles, fleurs et fruits… toujours asymétriques, les chandeliers dorés, les chapiteaux de feuilles d’acanthe dorées, soulignent la somptuosité de la décoration. L’ensemble du programme décoratif, peintures et sculptures, est consacré à la vie de l'empereur Henri II et de sa femme Kunigunde (Cunégonde) lesquels sont représentés en pied, de part et d’autre de l’autel principal, dans des poses extatiques. Réputé pour sa piété Henri II du Saint-Empire sera canonisé en 1146.

Dans une chapelle latérale sud est placée une image miraculeuse, une vierge à l’enfant tenant celui-ci sur le bras droit. Selon la légende, ce tableau aurait été peint par saint-Luc l’évangéliste ! Le Pape Benoît VIII (1012 / 1024) avait fait don de ce tableau à Henri II à l’occasion de son couronnement comme empereur Romain-germanique, le 14 Février 1014.

Alexandre Ferdinand en faisant orner somptueusement la basilique avait peut-être des arrière-pensées et pas nécessairement pour seul objectif la gloire des ducs de Bavière ! En effet, Regensburg était alors une ville protestante, la plus au Sud dans le Saint-Empire. Rénover la Vieille chapelle (Alte Kapelle) en mettant en avant Henri II, un saint catholique et empereur germanique, c’était favoriser le clan catholique au moment où la diète d’Empire (assemblée des différents souverains de l'Empire chargée de veiller sur les affaires générales) était ramenée de Francfort à Regensburg par François Ier du Saint-Empire, catholique et époux de la grande impératrice Marie-Thérèse d’Autriche.

Mais bon, revenons à la décoration de notre Vieille chapelle. Celle-ci vise à théâtraliser, dramatiser, voire exacerber, la pratique religieuse. L’art baroque va en être l’instrument. Il se développera dans un style d’une plus grande prodigalité encore : le Rococo. Le Rococo apparait en France sous la Régence et sous le règne de Louis XV, mais plutôt dans les palais et châteaux. Il se développe ensuite en Allemagne, Autriche et Bohême, ainsi qu’en Europe du Sud (Italie méridionale, Espagne, Portugal) particulièrement dans les églises et les lieux sacrés. L’église des Ursulines à Straubing, la Vieille chapelle de Regensburg ou l’Asamkirche de Munich sont des exemples de ce style rococo d’Europe centrale. Ce mouvement est progressivement remplacé, à partir de 1760, par un retour vers plus de simplicité et de rigueur, vers les canons de la beauté tels qu’ils étaient pratiqués dans l'Antiquité grecque et romaine : c’est le néoclassicisme. En moins d’un siècle, le rétropédalage sera spectaculaire… de la Vieille chapelle au Walhalla !


[1] La maison princière de Thurn und Taxis (peut-être un toponyme désignant un lieu où pousse l'if, taxus en latin). est une famille allemande qui a mis en place un important service postal en Europe dès le XVIe siècle. Charles Quint avait nommé Giovanni Battista de Tassis comme maître de poste en 1520.

Liste des articles sur Allemagne Autour de la forêt bavaroise.

Télécharger le document intégral