Un attachement nouveau à la bannière nationale

 

Allemagne Bavière Sankt Englmar 12

En regard d’une vingtaine de voyages en Allemagne (en RFA mais aussi en RDA) de 1961 à 2014, je suis surpris par l’apparition de nombreux drapeaux nationaux : sur les rétroviseurs ou en fanion aux portières des voitures, dans les vitrines, en rangées dans les villes (drapeaux allemand et bavarois bien sûr), aux balcons et même, à la mode américaine, sur une hampe privée devant la maison ! Certes, nous sommes au lendemain d’une coupe du monde de football gagnée par l’équipe d’Allemagne dont, semble-t-il, nombre de joueurs étaient issus de l’équipe du Bayern de Munich, mais cela suffit-il pour expliquer cette présence plus forte du drapeau national ?

Autant qu’il m’en souvienne, la bannière nationale n’était utilisée dans les années 60 que sur les bâtiments publics et sur les plaques minéralogiques des très rares véhicules militaires. Je n’ai pas souvenir que les Allemands marquaient alors un attachement particulier pour leur drapeau. Il est vrai qu’ils en avaient beaucoup changé au cours du XXe siècle !

Le drapeau tricolore noir / rouge / jaune apparaît au début du XIXe siècle et l'éphémère Assemblée nationale de Francfort (1848 / 1849), née de la révolution de 1848, le propose comme drapeau d'un État allemand uni et démocratique. Mais après la guerre austro-prussienne de 1866, la Confédération de l'Allemagne du Nord, dominée par la Prusse, adopte un drapeau tricolore noir / blanc / rouge, qui devient le drapeau de l'Empire allemand proclamé en 1871 dans la galerie des glaces de Versailles. Avec la naissance de la République de Weimar, en 1918, retour au drapeau noir / rouge / jaune jusqu’en 1933 où, avec la fondation du Troisième Reich, les couleurs noir / blanc / rouge sont réintroduites mais, à partir de 1935, le drapeau à croix gammée s’imposant alors. Après la Seconde Guerre mondiale, il redevient le drapeau des deux Allemagnes.

On peut alors comprendre que l’attachement à ce symbole nouveau du pays soit faible. En 1951, seulement 23 % des personnes interrogées disaient se réjouir de voir le drapeau de la République fédérale, et bien plus (33 %) affirmaient ne pas s’en réjouir[1]. Ce drapeau ne pouvait avoir la même signification que le drapeau bleu / blanc / rouge pour les Français lequel est brandit depuis 1794 aussi bien au cours de révolutions, que de guerres, de conquêtes coloniales ou de guerres de libération, mais aussi dans toutes les luttes politiques et sociales.

« Lors du Mondial de football de 1974 qui se tenait en Allemagne de l’Ouest, quand la « Mannschaft » entonnait l’hymne national, elle réduisait à un silence gêné le public dans les stades »[2].

A partir des années 1980, la part des Allemands disant trouver plaisir à voir le drapeau noir / rouge / or n’a cessé d’augmenter. En 2007, près des deux tiers des Allemands, à l’Est comme à l’Ouest, disent se réjouir à la vue du drapeau national ; ils sont moins d’un quart à ne pas se réjouir[3].

La situation semble donc sérieusement se modifier en Allemagne jusqu’à cette apparition nouvelle, et certes timide, de l’emblème national sur des hampes privées devant les maisons, à la mode américaine.

C’est qu’autour du symbole du drapeau, c’est aussi la réalité de la présence allemande en Europe et dans le monde qui change : succès sportifs certes, mais surtout succès économiques et politiques. Il est bien fini le temps où l’Allemagne était un géant économique mais un nain politique. Sa voix est devenue prépondérante dans la construction européenne, elle intervient sur les terrains militaires mondiaux, elle compte dans l’ordre (ou le désordre faudrait-il dire) économique mondial. L’Allemagne n’est plus un Etat de seconde zone, honteux de son histoire, mais bien une puissance de premier rang, membre de l’ONU depuis 1973 ; la question de son accession au Conseil de sécurité de cette institution comme membre permanent étant même désormais posée.


[1] Institut für Demoskopie d'Allensbach (Société pour l'étude de l'opinion publique). 2007.

[2] Thomas Petersen. « Une nouvelle identité allemande ? ». 2009.

[3] Institut für Demoskopie d'Allensbach (Société pour l'étude de l'opinion publique). 2007.

Liste des articles sur Allemagne Autour de la forêt bavaroise.

Télécharger le document intégral