Une riche collection - Un moderne cabinet de curiosités

 

Espagne Palacio de la Condesa de Levrija

Le palais De Lebrija, à Séville, est un palais curieux qu’il ne faut pas manquer de visiter. Sa structure, typique des maisons sévillanes, et sa décoration en font un remarquable condensé de l’histoire de la ville. Chacune de ses salles renvoie à un ou plusieurs des monuments de Séville.

Le palais a été construit au début du XVIe siècle dans un ensemble mêlant tout à la fois le style musulman de la Reconquista (mudéjar) et le style de la Renaissance. Au début du XXe siècle, il a été entièrement remodelé par la riche comtesse De Lebrija en accentuant son style « arabo-andalou ».

Autour d’un grand patio central, on peut ainsi passer successivement d’un escalier au plafond à caissons de style mudéjar associé à des frises renaissances, à un salon Renaissance espagnole, puis un salon arabe, une chambre baroque, un salon empire, une chambre chinoise, une salle à manger espagnole ! Ajoutez à cela, l’accumulation d’objets d’origines diverses, mais tous de très grande qualité : mosaïques romaines, statues grecques, céramiques étrusques, carreaux de faïence, peintures religieuses, statuettes japonaises, porcelaines de Canton et anglaises, mobilier Renaissance ou mauresque… Ils transforment un peu le palais en cabinet de curiosités à la manière de ceux des rois et empereurs qui amassaient les objets anciens, étranges ou simplement curieux. Ces « collections » touchaient parfois au paroxysme comme celle de Rodolphe II, empereur germanique et roi de Bohême, qui collectionnait certes les Dürer et les Breughel mais entassait également des autruches empaillées, des monstres bicéphales, un calice en corne de rhinocéros, des racines de mandragore et deux boulons de l’arche de Noé !

Au palais de Lebrija l’ensemble est également assez hétéroclite et participe du goût orientaliste de la fin du XIXe et du début du XXe siècles. Ce n’était d’ailleurs pas sans mérite à l’époque car, affirmer que d’autres cultures étaient dignes d’intérêt au moment où la société européenne dominait progressivement le monde et imposait son modèle économique, culturel et religieux, ne pouvait être un acte inconsidéré. Précisons que la comtesse a sauvé de la destruction nombre d’œuvres qui, sans son intervention, auraient été démolies comme étant d’insupportables vieilleries. Elle en avait certes les moyens, mais il faut bien reconnaitre qu’elle ne manquait pas de goût. On peut certes sourire de cette accumulation d’objets variés, mais est-ce que nous ne la pratiquons pas nous-même, à une échelle heureusement plus réduite, en amassant la bimbeloterie des objets ramenés de nos voyages ?

Si vous décidez de visiter le palais de Lebrija, il vous faudra tout d’abord rechercher son entrée, laquelle est dissimulée derrière une façade bien ordinaire d’une des petites rues piétonnes du centre ville, la calle Cuna (n°8). Cette première épreuve sera peut-être complétée d’une seconde : la billetterie n’étant pas nécessairement ouverte. C’est que le palais est propriété privée. Attendez seulement avec patience l’ouverture du guichet, ce qui ne manquera pas de s’opérer quand la guide arrivera après avoir fait ses emplettes.

Troisième épreuve, à usage de tous les peuples de la terre exception faite des hispanophones et des anglophones, la visite sera faite en espagnol et en anglais. Néanmoins quelques autres peuples, allemands, français et japonais, bénéficieront d’un joker : la guide leur remettra une notice détaillant chacune des pièces du palais. Il suffira de vous y reporter au fur et à mesure du déroulement de la visite. Français, ne vous étonnez pas si vous retrouvez des phrases communes dans cette notice et le texte suivant. C’est que la notice qui nous avait été donnée était si pleine de fautes d’orthographe et l’expression française si approximative, parfois même totalement incompréhensible, que nous avons proposé à la guide de réécrire le texte pour le rendre intelligible. Ce devait être une traduction informatisée d’un texte rédigé à l’origine en espagnol ou en anglais.

La visite peut maintenant commencer. Elle sera donc aussi l’occasion de souligner les principales curiosités de la ville Séville. Suivez le guide s’il vous plaît…

Liste des articles sur le palais de Lebrija

Télécharger le document intégral