Entre nonchalance et chemin de croix - Les ambitions démesurées du Duce en Afrique

 

Rome San Saba FAO 2

Tout le monde ne peut pas se « promener » librement dans la FAO. Théoriquement du moins. Pour y pénétrer, il faut y être invité et participer à un rendez-vous, une réunion, un séminaire, un colloque... Quoique… Les contrôles à l’entrée apparaissent parfois plutôt approximatifs. Il n’y a pas toujours un passage obligé sous un portique où l’on contrôle vos bagages pour savoir si vous dissimulez un revolver ou une grenade dans vos chaussettes, et le service de surveillance ne semble pas très pointilleux.

Toutefois, le terme de « promenade » utilisé précédemment est-il adapté à la situation ?

Vaste question. Il laisserait plutôt entendre, à priori, que la visite à la FAO se fait avec une certaine nonchalance, un plaisir avéré. C’est là que le bât blesse, car si vous avez incontestablement la nonchalance, vous n’avez pas nécessairement le plaisir même si cela ne relève pas tout à fait du chemin de croix ! Quoique, là encore…

Nonchalance, disais-je ; c’est que je n’ai, personnellement, constaté qu’une seule fois dans l’institution une situation d’agitation. Le jour où, les pluies sur Rome ayant été excessivement élevées, les autorités romaines avaient alors recommandé de quitter les bureaux au plus tôt pour éviter des embouteillages généralement homériques. Exception de ce cas de catastrophe naturelle, nulle fébrilité ici, encore moins d’excitation. Tout y parait très calme, chacun étant strictement enfermé dans son bureau, porte soigneusement close. Les seuls lieux où un certain mouvement de personnel existe, ce sont le restaurant, la cafeteria et les paliers sur lesquels sont situées les machines à café. Mais « l’agitation » de ces paliers privilégiés n’a strictement rien à voir avec l’émission humoristique « caméra – café » dans laquelle les employés se croisent devant l’automate, se réunissent, discutent, plaisantent, se moquent les uns des autres, élaborent des canulars. Non, non, rien de tel ici. A la FAO, deux personnes se croisent, parfois, devant la machine à café, la seconde attendant sagement que la première ait terminé les différentes opérations pour obtenir son breuvage, mais chacun retourne bien vite dans sa tanière. Pas de discussions, de bavardages, encore moins de plaisanteries. Quand aux couloirs, ils sont désespérément vide, irrémédiablement déserts.

Ah, les couloirs de la FAO ! Ils constitueront votre première épreuve dans l’institution.

Ce vaste immeuble est composé de multiples couloirs, longs comme des jours sans pain (un comble pour une institution chargée d’assurer la sécurité alimentaire des populations !) et parfaitement tous semblables. Rien ne permet de les distinguer les uns des autres. Vous pouvez errer des heures sans identifier de repères vous mettant sur la voie.

Il faut dire que le bâtiment avait été construit pour devenir le ministère de l’Afrique italienne, sous le fascisme mussolinien, à une époque où il fallait marcher droit sans chercher à se singulariser. Les couloirs du bâtiment répondaient manifestement à ce programme politique. A la taille du bâtiment, on peut aussi en déduire que le Duce avait des ambitions territoriales totalement démesurées sur le continent africain. Comme celles-ci se sont trouvées réduites à rien à l’issue de la seconde guerre mondiale, le monument était libre pour héberger une institution internationale.

Comme toutes les portes sont soigneusement fermées et les couloirs vides, dénicher son correspondant devient vite une épreuve redoutable. Je vous rassure toutefois, dans ce labyrinthe, nul minotaure pour vous dévorer, vous mourrez plus sûrement d’épuisement, de soif et de faim… ce qui est un nouvel excès inexcusable de la part de l’institution !

Mais, ne croyez surtout pas qu’après avoir affronté le labyrinthe des couloirs de la FAO et votre interlocuteur enfin découvert, vous êtes sauvé ! Que tout désormais roulera comme sur des roulettes. Non ! Au contraire, c’est à partir de ce moment que les problèmes se développent et s’approfondissent.

Qui n’a pas eu de relations de travail avec l’administration de la FAO n’a rien connu de la bureaucratie, sauf peut-être si vous venez d’une ancienne république socialiste, et encore ! 

Liste des promenades dans Rome et liste des articles sur la FAO

Télécharger le document intégral.