Les églises paléochrétiennes - Les croisades et leurs à-côtés économiques et politiques

 

Croatie Nin

Cette présence ancienne de la religion catholique en Croatie est marquée par de nombreuses églises paléochrétiennes. Deux d’entre elles sont remarquables, à Nin et Zadar.

L'église Sainte-Croix de Nin, édifiée au IXe siècle, est absolument charmante. Petite et toute en hauteur, elle dresse ses murs d’une blancheur immaculée, percés de rares et étroites fenêtres, au milieu d’une pelouse et d’oliviers. Son plan cruciforme est adouci par des absidioles arrondies entre les bras de la croix. La croisée est surmontée d’un haut tambour. Des études archéologiques récentes auraient permis de découvrir que ses proportions et l'emplacement de ses fenêtres en font également à la fois un calendrier solaire sophistiqué et un observatoire astronomique rudimentaire. Elle serait aussi la plus petite cathédrale du monde ayant été l’église de l'évêché de Nin avant l’abolition de celui-ci en 928.

L’église Saint-Donat de Zadar a également été érigée au IXe siècle en utilisant abondamment des matériaux des temples romains voisins, fûts de colonnes, chapiteaux, pierres gravées, corniches… C’est une église circulaire, haute, composée d’une rotonde reposant sur six piliers et deux colonnes, entourée d’un déambulatoire sur lequel se greffent trois absides. Elle comporte une galerie supérieure autrefois réservée aux femmes. Enfin, elle était couverte d’un dôme sur tambour, aujourd’hui remplacé par une toiture. Le plan de Saint-Donat serait inspiré de la chapelle Palatine d’Aix la Chapelle (795 / 805), également circulaire, reposant sur huit piliers et composée de deux galeries pourtournantes superposées, mais on peut y reconnaître aussi le plan de l’église Saint Vitale de Ravenne (525 / 547), similaire mais sur une base octogonale.

Au début du XIIe siècle, le royaume croate s’unit à la couronne hongroise et le Nord du pays, la Croatie centrale et la Slavonie, seront davantage soumis à l’influence hongroise alors que la Dalmatie, elle, le fut par celle de l’Italie. Les villes dalmates étaient si riches, notamment Zadar (alors dénommée Zara), qu’elles faisaient de l’ombre à la République de Venise. La Sérénissime ira même jusqu’à détourner à son profit l’expédition de la IVe croisade pour mettre à sac sa rivale croate. A l'automne 1202, alors qu’un tiers seulement des 33 500 hommes prévus pour la croisade étaient réunis à Venise pour partir en Terre Sainte, les Croisés furent confrontés à l’obligation de payer 34 000 marcs d'argent à la Sérénissime pour la construction de la flotte qui devait leur permettre d’assurer leur sainte mission. Gens pratiques, les Vénitiens proposèrent alors aux Croisés de retarder le paiement de leur dette à la condition qu’ils les aident à ramener Zara sous leur tutelle ! Ainsi fut fait. La flotte des Croisés fit une première halte à Zara qui, après deux semaines de siège et d'assauts, capitula le 24 novembre 1202.

Le pillage de Zadar put ainsi servir de répétition générale au sac de Constantinople auquel se livrèrent les mêmes Croisés deux ans plus tard !

La richesse des cités dalmates s’est concrétisée dans les constructions religieuses avec l’érection de nombreuses églises. C’est notamment le cas avec la façade de la cathédrale Sainte Anastasie de Zadar (XIIe et XIIIe siècle), reconstruite en style roman pisan après les dégradations de la IVe croisade. La façade est découpée verticalement en trois parties correspondants à une haute nef centrale, encadrée de bas côtés, et découpée horizontalement par quatre étages de galeries aveugles décorées de colonnettes simples pour l’étage le plus bas et les galeries des bas côtés, et de colonnettes doubles dans la partie centrale et haute. La composition générale de la façade reprend ainsi celle de la cathédrale de Pise (1185).

Les influences lombardes sont également sensibles, dans le campanile de l’église Sainte Marie (1105) à Zadar dont la taille des ouvertures augmente vers le sommet, ou dans l’église Saint Chrysogone (1175) à Zadar également dont les murs des bas côtés sont soulignés de bandes lombardes… ou encore dans l’ornementation des porches avec des lions dans la cathédrale de Trogir (portail de maître Radovan de 1240).

Liste des articles sur Croatie - Dalmatie, Lika et Zagorje.

Télécharger le document intégral