Une cathédrale aux procédés de construction très particuliers - Des frontières floues entre "gothique" et renaissance" - Intervention de l'architecte militaire Sanmicheli

 

Croatie Sibenik

La composition générale et l’ornementation de la cathédrale Saint-Jacques à Šibenik sont à rapprocher des édifices vénitiens de l’époque, par exemple de l’église San Giovanni in Bragora (1475) ou de la chapelle Santa Maria dei Miracoli (1481 / 1489). Toutefois l’église Saint Jacques est tout à fait unique par sa conception architectonique imaginée par Juraj Dalmatinac (Georges le Dalmate). Les voûtes sont composées de grandes dalles de calcaire, taillées sur mesure, insérées dans des arcs doubleaux, et jointes entre elles grâce à des languettes et des rainures, sans charpente en bois ni joints de mortier ! Cette méthode de construction d’une voûte en pierre s’apparente à un travail d’assemblage de planches de bois en menuiserie ou en charpente.

Grâce à l’utilisation d’une pierre calcaire, facile à travailler, relativement légère, et permettant de couvrir des surfaces assez élevées, les portées de la voûte centrale, comme des demi voûtes latérales sont assez importantes. A sa mort, Nikola Firentinac (Nicolas le Florentin) termine la partie supérieure de l’édifice.

Une autre œuvre majeure de la première Renaissance est la chapelle du Bienheureux-Jean dans la cathédrale de Trogir (1468-1482). Construite par Nikola Firentinac, Andija Aleši et Ivan Duknović. Elle est bâtie toute en pierre selon le procédé utilisé à la cathédrale Saint-Jacques. A l’intérieur, elle est ornée d’un ensemble de niches, en arcs en plein cintre décorés d’une coquille Saint Jacques, séparées par des colonnes torsadées. Les niches sont ornées de statuts d’apôtres, grandeur nature. Dans la partie inférieure, sont représentés des putti porteurs de flambeaux, traités en ronde bosse, et apparaissant devant des portes entrebâillées, selon un motif funéraire antique. La corniche est composée d’oculi séparés par des pilastres cannelés. La voûte en berceau, enfin, est ornée de caissons sculptés. L’ensemble de ces éléments architecturaux et décoratifs font référence à la Renaissance italienne : voûtes en berceau, caissons, pilastres et oculi, régularité et symétrie des éléments.

Mais la frontière est néanmoins peu sûre entre style gothique flamboyant et style de la première Renaissance, les mêmes artistes pouvant élaborer des œuvres se rattachant plutôt à un style ou plutôt à l’autre !

L’escalier au flanc de l’église Saint-Jean de Šibenik est de Nicolas le Florentin, or il apparaît de pur style gothique : la rampe est à balustres reliées par des arcs trilobés. A contrario, les arcs brisés des fenêtres du palais Foscolo sont supportés par des pilastres cannelés, aux chapiteaux décorés de feuilles d’acanthe, inspirés des ruines romaines et ce sont les architectes de la chapelle du Bienheureux-Jean qui sont aussi ceux du palais Cipiko de Trogir !

Au début du XVIe siècle, la multiplication des raids ottomans incite les Cités à privilégier la construction de défenses pour protéger les ports et les terres. C’est ainsi que Venise envoie Michele Sanmicheli à Zadar pour compléter les fortifications de la ville. Il y construisit notamment la « Porta Terraferma » (1537 / 1543), une porte dont la structure est inspirée des arcs de triomphe romains et dont le portail central est dominé par un monumental lion de Saint-Marc. Sanmicheli a également réaménagé la loggia dont la façade présente une structure voisine : trois baies en arc à plein cintre, séparées de colonnes géminées et surmontées d’un entablement terminé par une balustrade.

Sanmicheli était originaire de Vérone, formé à Rome auprès des disciples de Bramante mais aussi auprès d’Antonio de Sangallo-le-Vieux (église San Biagio de Montepulciano) et de Raphaël, il participa à l’érection de nombreuses places fortes (notamment Famagouste à Chypre) mais aussi à la construction de la cathédrale d’Orvieto et plusieurs palais dans sa ville natale. Son neveu, Gian Girolamo Sanmicheli, bâtit le fort Saint-Nicolas (1540 / 1544) sur le canal de la rivière Krka qui permet d’atteindre  Šibenik de la mer. 

Liste des articles sur Croatie - Dalmatie, Lika et Zagorje.

Télécharger le document intégral