De multiples déménagements dans la ville 

 

Portugal Lisbonne Chiado Largo do Carmo

Des quartiers du Rossio ou de la Baixa, on atteint facilement le quartier du Chiado par l’étonnant ascenseur de Santa-Justa, un curieux hybride entre tour Eiffel et tour Saint-Jacques, lequel vous dépose sur le largo do Carmo. C’est moins poétique que de passer par les rua do Carmo ou la calçada do Carmo, mais plus rapide et moins fatiguant. 

Le largo do Carmo est une petite place charmante qui fait face à l'ancienne église principale de la capitale, de style gothique, qui s'écroula lors du tremblement de terre de 1755, et qui ne fut jamais reconstruite.

En 1908, Fernando Pessoa louera une chambre sur le largo, au n°18-1 [1]. Toutefois, suite à l’incendie du 25 août 1988, une partie des immeubles de ce quartier ont disparu et donc la chambre qu’y louait Pessoa ; seules les façades des maisons ont généralement pu être conservées.

Revenu seul à Lisbonne, en 1905, à l’âge de dix-sept ans, Fernando Pessoa déménagera une quinzaine de fois dans Lisbonne en quinze ans, de 1905 à 1920. Il va d’abord vivre dans sa famille, très peu de temps chez sa grand-tante à Pedrouços (du côté de Belém), puis chez Ana Luísa Nogueira de Freitas, Anica, la sœur de sa mère, rua de São Bento, n°19-2, non loin de la chambre des députés. Dans le même quartier, il habitera ensuite avec son beau-père, sa mère et ses frères revenus en vacances en 1906, calçada da Estrela, n°100-1. Après le retour de sa famille à Durban, en 1907, il vivra chez ses grands-parents maternels, rua da Bela Vista, n°17-1, toujours dans ce même quartier de Madragoa, entre assemblée nationale et basilique de Estrela. 

En 1908, il commence à travailler dans des bureaux commerciaux, chez des transitaires, et il louera une chambre rua da Glória (derrière la gare du Rossio), au n° 4, puis au largo do Carmo. 

De 1912 à 1915, il vit à nouveau chez sa tante Anica, dans un autre quartier de Lisbonne, au Nord, le quartier de São Jorge de Arroios, d’abord rua Passos Manuel, n°24-3, puis rua Pascoal de Melo, n°119-3. En 1915, après le départ en Suisse de sa tante, il loue une chambre, toujours dans ce même quartier, successivement rua Dona Estefânia n°127, puis rua Antero de Quental Street, rua Almirante Barroso n ° 12, dans la rua Bernardim Ribeiro, n°11-1. Enfin, en 1918, il se loge dans la rua Santo Antonio dos Capuchos, à côté du grand hôpital du même nom.

En 1919 / 1920, il change complètement de quartier, pour aller dans celui de Benfica, au Nord-ouest, Alto da Boa Vista, puis à avenida Gomes Pereira. En 1920, sa famille revient au Portugal et il s’établit avec elle dans le quartier de Campo de Ourique, situé après la basilique de Estrela, rua Coelho da Rocha, n°16. Il demeurera dans cet immeuble jusqu’à son décès le 30 novembre 1935 [2].

Si, dans sa petite enfance, Fernando Pessoa avait habité en centre-ville, dans le Chiado, place Saint-Charles, en face du théâtre du même nom (1), de retour de d’Afrique du Sud, il déménagera fréquemment mais en restant dans un même quartier ou, quand il en changera, ce sera pour suivre les membres de sa famille. De fait, ces changements s’effectueront selon cinq quartiers, à Madragoa (2) de 1905 à 1908, puis entre Chiado et Rossio (3) de 1908 à 1912, à São Jorge de Arroios (4) de 1912 à 1919, à Benfica (5) en 1919 / 1920 et enfin Campo de Ourique (6) de 1920 à 1935. Manifestement, il souhaitait bouleverser le moins possible ses habitudes. 

Parmi les quartiers centraux de Lisbonne, Pessoa n’habitera ni dans la Baixa qu’il n’aimait pas, pas plus que dans l’Alfama où « les autochtones mènent là des vies pleines de bruit, de bavardages, de chansons, de pauvreté et de crasse » [3] !

S’il marchait beaucoup dans Lisbonne, il trouvera des hébergements en ville selon deux axes, un axe ouest / Est, correspondant sommairement au tracé du tramway n°28, entre la basilique de Estrela et la Baixa, et un axe Nord / Sud entre la praça Duque de Saldanha et la Baixa.


[1] Les Lisboètes sont gens pratiques, le n°19-2, correspond à l’immeuble n°19, 2ème étage.

[2] Roteiro Pessoano, Casa Fernando Pessoa.

[3] Fernando Pessoa. « Lisbonne - Ce que le touriste doit voir ». 1925 ?

Liste des articles sur deux visites à Lisbonne

Télécharger le document intégral