Un pont « habillé » par Le Bernin – Et fréquenté par un fantôme dans la nuit du 11 au 12 septembre

 

Rome Borgo Pont Saint Ange Ange au cartouche

Le Ponte Sant’Angelo est le plus beau pont de Rome. C’est un pont piéton qui relie les rioni (quartiers) de Ponte (rive gauche) et du Borgo (rive droite). Il est composé pour partie d’un pont antique (les trois arches centrales) alors que les arches des deux extrémités ont été modifiées quand furent érigées les digues du Tibre à la fin du XIXe siècle. Les arches centrales sont celles du Pons Aelius que l'empereur Hadrien avait fait construire en 134 pour rejoindre le mausolée qu’il faisait bâtir sur la rive droite, transformé ensuite en citadelle et devenu le château Saint-Ange.

Outre sa situation dans une boucle du Tibre, face au Château Saint-Ange, ce qui rend le pont exceptionnel ce sont bien sûr les statues qui l’habillent comme pour le pont Charles à Prague[1].

Après le sac de Rome de 1527 par les soudards de Charles-Quint, Clément VII Médicis (1523 / 1534) voulut réhabiliter la zone du Château Saint-Ange et fit placer, en 1534, à l’entrée du pont, en rive gauche, les statues de Saint-Paul (à droite, de Paolo Taccone) et de Saint-Pierre (à gauche, de Lorenzetto). Clément IX Rospigliosi (1667 / 1669) chargea ensuite Le Bernin de la rénovation et de l’aménagement du pont. Celui-ci se serait inspiré d’un pont parisien en proposant une balustrade[2], jusqu'alors inconnue à Rome pour les ponts en pierre, afin de faire profiter les passants de la vue de l'eau ! Enfin, Le Bernin transforma le pont en chemin de croix symbolique en ornant le parapet de dix statues d'anges portant chacun un des instruments de la Passion : colonne de la flagellation, fléau, suaire, couronne d'épines, clous, dés des soldats, croix, titulus (cartouche), lance qui perça le flanc du Christ et l'éponge de vinaigre.

Deux d'entre eux, « l’ange au cartouche » et « l’ange à la couronne d’épine » (1667 / 1669) sont des copies des originaux exécutés par le Bernin lesquels sont conservés dans l'église de Sant' Andrea delle Frattre. Ils plurent tellement à sa sainteté qu’il les fit placer de part et d’autre de l’autel, bien à l’abri, plutôt qu’aux courants d’air et à la pluie ! Il faut dire que ces deux anges (et tout particulièrement « l’ange au cartouche ») par le jeu du vent dans leur tunique, dévoilent chacun une jambe de bel adolescent ou de belle jeune fille ? Comment se prononcer les anges étant, par nature, asexués ?

Mais toute cette panoplie d’anges n’empêche pas les manifestations insolites et mystérieuses. La légende veut en effet que, chaque année, dans la nuit du 11 au 12 septembre qui précède la date anniversaire de sa mort, le fantôme de Béatrice Cenci traverse le pont Sant’ Angelo en portant sa tête !

Beatrice, ses frères Giacomo et Bernardo, et la seconde femme de son père, Lucrezia Petroni, furent condamnés à mort pour l'assassinat de Francesco Cenci, un aristocrate violent, débauché et immoral, mais ayant toujours bénéficié de la mansuétude des juges et du pape du fait de sa position et de sa richesse. Il aurait abusé de son épouse, de son fils aîné et de sa fille Béatrice. Faute d’être entendus des autorités, les membres de la famille résolurent de se débarrasser de leur bourreau. Le 9 septembre 1598, deux acolytes l’empoisonnèrent puis lui enfoncèrent un gros clou dans l’œil et un autre dans la gorge. La famille aurait alors jeté le corps par dessus un balcon afin de simuler un accident. Le Pape Clément VIII Aldobrandini (1592 / 1605) refusa la grâce et, le 11 septembre 1599, les condamnés furent conduits à l’échafaud de la piazza del Ponte Sant’ Angelo, rive gauche. Le frère ainé eut la tête écrasée sur le billot d'un coup de maillet, puis il fut démembré et ses membres accrochés aux quatre coins de la place. Lucrezia et Beatrice furent décapitées. Seul Bernardo fut épargné en raison de son jeune âge (12 ans), mais il dût assister aux exécutions avant d'être remis en prison. Beatrice fut enterrée dans l'église San Pietro in Montorio, sa tête coupée reposant sur un plat d'argent. La tombe fut profanée en 1798 par les soldats de Bonaparte et la tête de Beatrice disparut.

Le petit peuple de Rome, lassé des comportements des puissants, avait pris fait et cause pour Béatrice dont il jugeait qu’elle s’était défendue contre un tortionnaire protégé par son titre. Ainsi Béatrice devint-elle le symbole de la résistance contre l'arrogance de l'aristocratie, de l’innocence sacrifiée et d’une « giustizia ingiusta » selon la formule de la plaque apposée sur le n°42 de la via di Monseratto [3].


[1] Le Pont Saint-Charles de Prague s’est inspiré du pont Saint-Ange, sa plus ancienne statue, Saint-Jean-Népomucène, datant de 1683.

[2] Je fais l’hypothèse qu’il s’agit du Pont Neuf qui devait être à Paris, à l’époque du Bernin, le seul pont de pierre sans maisons.

[3] Au n°42 de la via di Monseratto était située la prison dans laquelle Béatrice Cenci fut détenue. 

Liste des promenades dans Rome et liste des promenades dans le rione de Borgo.

Télécharger le document intégral.