Palais et madonelles.

 

Rome Ponte Via dei Coronari Palais Lancellotti Immacolata Concezione

En longeant le côté gauche de l’Oratoire des Philippins, on débouche sur une petite placette, la piazza dell’ Orologio du nom du petit clocheton-horloge, construit par Borromini en 1648, qui domine les lieux composé de quatre faces alternativement concaves et convexes, animées par des pilastres corinthiens. A gauche commence la via dei Banchi Nuovi.

Au début de la rue, au n° 30, un portail introduit dans un long et étroit couloir, au fond duquel est située une très belle cours intérieure Renaissance, la cour du palais Sterbini qui fut le premier siège de la banque du Saint-Esprit.  C’était la demeure de Silvestro Aldobrandini, père du Pape Clément VIII Aldobrandini. En face, le palais Capponi Pediconi, de la famille toscane des Capponi, construit au XVIIe  et où naquit Eugenio Pacelli, le futur pape Pie XII (1876 / 1958).

La via dei Banchi Nuovi débouche sur la via dei Banchi di San Spirito laquelle rejoint la piazza Sant’ Angelo. Son nom provient d’une banque publique qui y fut fondée en 1605 par le pape Paul V Borghèse (1552 / 1621) afin, à l’origine, de gérer les fonds de l'Hôpital du Saint-Esprit. Au débouché sur le Largo Tassoni, le bâtiment de la Banco di Santo Spirito présente, à gauche, une façade légèrement concave. La partie supérieure est divisée verticalement par quatre pilastres avec, au centre une grande arche et, de chaque côté, deux fenêtres superposées séparées par un cartouche circulaire. Pour réaliser cette façade, Antonio da Sangallo le jeune s'est inspiré des arcs de la Rome antique. Au dessus de la façade ont été ajourées deux statues baroques de la Charité et de la Frugalité qui entourent les armes de Paul V Borghèse.

Après avoir emprunté la via dei Banchi di San Spirito en direction du pont Sant’ Angelo, on tourne à droite dans le vicoloto del Curato qui prolonge la via dei Coronari. L’ensemble constitue le premier axe routier rectiligne, d’environ 500 mètres de long, dans la ville médiévale. Construite à la demande de Sixte IV della Rovere (1414 / 1471) en prévision du Jubilé de 1475, elle avait naturellement pour objectif de faciliter les déplacements des pèlerins entre la ville qui s’était développée dans la courbe du Tibre, sur l’ancien Campo Marzio, et la basilique Saint-Pierre. Son tracé reprenait celui d’une voie romaine ancienne, la via Recta, et s’appelait alors via « de Tor Sanguigna » du nom d’une tour médiévale située non loin de la piazza Navona, sur la piazza di Tor Sanguigna. Cette tour est toujours visible bien que totalement insérée dans un bâtiment du XIXe siècle. Le nom de « Coronari » (chapelets) lui fut donné parce que les commerces de la rue étaient autrefois des commerces d’objets pieux. Aujourd’hui, plutôt consacrée aux boutiques d’antiquaires, la rue a conservé quasiment intact son aspect ancien.

En allant vers la piazza di Tor Sanguigna on rencontre, à gauche, au n°133, une maison Renaissance qui a hébergé Raphaël. Plus loin, à droite, au n°113, à l'angle avec le vicolo Domizio, est située une des plus anciennes images sacrées de Rome dont l’édifice fut réalisé en 1523 par Antonio de Sangallo le Jeune pour accueillir une fresque représentant le couronnement de la Vierge. La forme de l’édicule fut réutilisée par Sangallo pour les fenêtres du palais Farnèse. A gauche, au n°148, une très belle maison Renaissance, la maison de Prospero Mochi, commissaire général des fortifications au temps de Paul III Farnèse, érigée en 1516 par un élève d'Antonio da Sangallo le Jeune. A gauche toujours, au n°156-157, la casa dell’ Arciconfraternita del Gonfalone généralement connue sous le nom de « casa di Fiammetta », du nom de la courtisane préférée de César Borgia. La façade révèle la structure médiévale de la maison.

Après la piazza San Salvatore in Lauro, le Palais del Drago au n°41, remonte à la première moitié du XVIe siècle avec un joli portail au n°45. Au n°32, le palais Salimei (1572) est situé à l’emplacement de l'ancien siège du Mont-de-Piété. À l'angle du palais, à droite, est située une des nombreuses madonelle de Rome ; c’est une œuvre baroque représentant la Madone de la piété en prière. Auparavant, à gauche, était située une autre madonelle, une Vierge à l’enfant, sur une structure de bois, puis au coin de la Piazzetta San Simeone, une figure du Christ rédempteur dans un cadre du XVIIIe siècle composé de rayons et d’anges. Ce décor est apposé au coin de l’imposant palais Lancellotti, un palais réalisé par Francesco da Volterra pour le cardinal Lancellotti au début du XVIe siècle. Enfin, au n°28, l’élégante façade du palais Bonavantura, réalisé à la fin du XVe siècle, avec un appareillage de briques et des pilastres et corniches de travertin.

Liste des promenades dans Rome et liste des articles sur le quartier de Ponte

Télécharger le document intégral