Des gares maritimes desservies par les transports publics – Des facilités pour acquérir les indispensables souvenirs de voyage

 

Russie Canal Volga_Baltique Goritsi

Dans les programmes des agences de voyage, l’hébergement à Moscou et à Saint-Pétersbourg s’effectue généralement sur le navire ancré au port fluvial. A Moscou, du port fluvial il est très facile de rejoindre la station de métro la plus proche, « Rechnol Vokzal » (ligne vert foncé, n°2), en 10’ à pied. A Saint-Pétersbourg, une ligne de bus conduit à la première station de métro « Proletarskaya » (ligne n°3, jaune). Les voyageurs souhaitant découvrir ces deux villes par leurs propres moyens peuvent donc le faire facilement.

En général, les débarcadères des différentes escales permettent d’accéder directement aux centres villes et aux monuments à visiter, sauf à Goritsy où l’utilisation d’autocars est indispensable pour se rendre au monastère de Kirillo-Belosiorsky  situé à une dizaine de kilomètres.

A bord, les achats hors forfait (boissons au cours des repas ou aux bars, timbres-poste, blanchisserie…) sont effectués avec une carte particulière et donnent lieu à un paiement global, en fin de croisière, avec la carte bancaire. Mais, après la restauration, la seconde préoccupation des passagers est celle de l’achat de souvenirs de voyage, ces petits-riens, souvent assez laids, mais indispensables à la bonne réussite des vacances ! Il est donc nécessaire d’obtenir des roubles pour ces achats ou, plus simplement, pour boire une bière ou un café lors des escales. Le bateau dispose d’une boutique de souvenirs mais le choix de produits, certes de très bonne qualité, est néanmoins limité. Heureusement, dans sa grande sagesse, le marché capitaliste pourvoit désormais aux besoins des consommateurs et il n’est plus besoin de rechercher des magasins Beriozka[1], lesquels ont d’ailleurs disparu. Il y a donc plusieurs possibilités de « chalander » au cours de la croisière.

Par exemple, au cours du tour-de-ville de Saint-Pétersbourg, lors d’un « arrêt technique » pour soulager les vessies des visiteurs, arrêt judicieusement proposé dans une immense boutique de souvenirs en tous genres, souvenirs dont il n’est pas sûr d’ailleurs qu’ils soient tous fabriqués en Russie (mais il existe bien des Tour Eiffel « Made in China » !). Avantages : il y en a pour tous les goûts, tous les prix, lesquels sont largement affichés au dessus-des bacs.

Pour les touristes plus exigeants, adeptes de l’artisanat local, traditionnel, « Made in Russia », l’escale de Mandroga peut permettre de les satisfaire. Dans cet écomusée des artisans vous proposent leurs productions (tissage, broderie, vêtements, couvre-lits, travail sur bois…) exposées dans leurs ateliers situées dans des maisons anciennes.

A Goritsy, une série de stands de vente attendent le chaland à la descente des autocars et, mieux encore, à Ouglitch, l’arrivée dans la ville s’effectue entre deux longues rangées de tentes d’exposition. On y trouve de tout mais les prix ne sont plus affichés et il est alors nécessaire de négocier ; pas de panique, tous les vendeurs possèdent les rudiments indispensables des langues anglaise, française ou allemande (par incompétence, je n’ai pas obtenu d’information sur leur maîtrise du japonais et du chinois, mais ils doivent déjà s’y initier). Enfin, à Iaroslav, capitale locale de l’horlogerie, une boutique de vente de montres, de réveils et d’horloges, est judicieusement placée directement sur le quai de la gare maritime.

D’autres sollicitations existent bien évidemment. Il n’y a pas de visite où, à un moment ou à un autre, on n’omette de vous proposer d’entendre les magnifiques chœurs russes : dans les jardins de Peterhof, dans des annexes du palais du gouverneur à Iaroslav et des églises d’Ouglitch. C’est magnifique, gratuit, vous rend honteux de chanter si mal en France et, si vous êtes sollicités, c’est sans excès afin de vous permettre d’acquérir les œuvres de la chorale entendue.


[1] Les Beriozka étaient une chaîne de magasins d’Etat réservés aux touristes étrangers et dans lesquels il était possible d’acheter toutes sortes de souvenirs, à condition de payer en devises : matriochkas, plateaux laqués, boites de Palekh, coupes de Kokhloma, chapkas, chemises et corsages brodés, manteaux de cuir, bijoux d’ambre, appareils photos, montres, livres, disques... et, bien sûr, vodka et caviar.

Liste des articles sur la voie navigable Moscou / Baltique

Télécharger le document intégral