De la difficulté de passer de la tête de liste à un rang secondaire

 

Russie Moscou Métro Smolenskaïa Entrée

En 1987, nous avions été frappés par la tendance des Soviétiques à jouer les « Monsieur Plus », cette âme charitable d’une entreprise capitaliste de confiserie qui rajoutait alors des cacahuètes, des raisins secs, des bonbons dans les paquets de friandises vendus par l’entreprise au moment des entractes des séances de cinéma. En URSS, tout était toujours « plus », plus grand, plus haut, plus long, plus rapide... Si « beau » et « rouge » sont deux mots équivalents en vieux russe, « plus quelque chose » et « beau » étaient manifestement devenus synonymes.

Cette activité intense d’un « Monsieur Plus » socialiste était évidemment liée à une action de propagande, exactement comme celle du « Monsieur Plus » capitaliste sauf que, dans ce dernier cas, cette dernière est alors considérée comme de la « publicité ». Il fallait montrer que le socialisme était un régime économique et social très supérieur au régime capitaliste et qu’il était capable lui aussi de donner toujours plus de cacahuètes, de raisins secs et de bonbons !

Las, on sait désormais qu’une partie des activités de ce « Monsieur Plus » était inventée ou surestimée. Par exemple, le canal Volga / Baltique était présenté comme le plus long du monde alors même qu’il ne s’agissait pas d’un canal sur toute sa longueur mais d’une mise en relation de fleuves ou de lacs naturels (ce qui n’enlève rien d’ailleurs à la prouesse technique). Quand aux succès des sportifs soviétiques, ils étaient un peu aidés…

Trente ans plus tard, force est de constater que « Monsieur Plus » n’a pas totalement disparu avec le régime socialiste. Ses exploits sont toujours très appréciés, plutôt chez les guides touristiques plus âgés il est vrai, ceux qui, cinquantenaires, ont biberonné au socialisme réel. Cela permet de découvrir des choses étonnantes ; par exemple les Russes se vantent d’avoir inventé le téléphone portable. Peut-être, mais les recherches effectuées sur internet ne m’ont pas confirmé le fait. Dans les énumérations à la Prévert auxquels se livrent certains guides, la principale découverte de Dmitri Mendeleïev (1834 / 1907) serait d’avoir fixé le degré idéal d'alcool de la vodka à 38° ! Taux qui aurait par la suite été fixé à 40° pour faciliter le calcul de taxes sur l'alcool[1] ! Affirmation curieuse, alors que, partout dans le monde, Mendeleïev est surtout connu pour sa très remarquable classification périodique des éléments… à laquelle les Russes semblent préférer la définition stable du degré d’alcool de la vodka.

Il est vrai que pour les Russes la dégringolade de leur pays au cours de ces trois dernières décennies doit être un peu difficile à accepter. Passer d’une très grande puissance mondiale faisant trembler les USA et les puissances « occidentales » à la douzième place par le PIB total, et même à la 51e par le PIB par habitant (14 600 $/habitant, France 44 000 en 2013), c’est dur. Il n’est qu’à observer les Français, qui ont bien du mal à accepter que leur pays soit devenu une puissance économique et politique secondaire, pour se rendre compte de l’ampleur du traumatisme subi. A défaut d’affirmer la suprématie du socialisme sur le capitalisme, l’activité de « Monsieur Plus » permettrait donc d’affirmer auprès des touristes « occidentaux » que la Russie est encore une grande puissance.

Le discours apparait sensiblement différent chez les guides touristiques et accompagnatrices plus jeunes n’ayant pas vraiment connu le système soviétique. Il est moins d’affirmer que la Russie est encore une grande puissance, mais plutôt qu’elle est un pays faisant partie de l’ensemble européen, ouvert sur les échanges internationaux et où les conditions de vie sont similaires. Là encore, ce ne doit pas être toujours simple pour les jeunes Russes d’être au contact de touristes d’Europe de l’Ouest ou des Etats-Unis lesquels sont généralement intimement persuadés que leur régime politique et démocratique est très supérieur, que leurs conditions de vie sont les meilleures et que la Russie est une dictature implacable selon une représentation du monde blanc / noir assez caricaturale mais largement partagée par ces visiteurs.


[1] Selon Wikipédia cette légende s'appuierait sur les faits que Mendeleïev avait été nommé directeur du bureau des poids et des mesures de Saint-Pétersbourg en 1893 et que sa thèse doctorale portait sur la combinaison de l'alcool et de l'eau. Mais le degré alcoolique normalisé de la vodka à 40° a été introduit en Russie dès 1843 (alors que Mendeleïev n'avait que 9 ans) et sa thèse portant sur des combinaisons eau / alcool portait sur des titres beaucoup plus élevés (de l'ordre de 70°). 

Liste des articles sur la voie navigable Moscou / Baltique

Télécharger le document intégral