Ou comment dynamiser un haut et long couloir ?

Allemagne Bavière Würzburg Résidence Chapelle plan

 

L'église de la Résidence (Hofkirche)[1], est située dans l’aile Sud-Ouest de la Résidence et s’intègre totalement dans la structure du palais sans modification des façades qui comprennent une série de fenêtres alignées sur deux niveaux, un inférieur très haut et un supérieur plus bas, ni modification des toitures. L’emplacement choisi n’était donc pas sans poser quelques problèmes d’architecture et d’esthétisme, d’une part avec une surface étroite, très allongée, d’autre part une hauteur importante sous plafond qui correspond aux deux étages de la Résidence, enfin, la salle n’est éclairée que sur deux côtés.

La réalisation en a été confié au grand architecte baroque Balthasar Neumann (1687 / 1753). Neumann a transformé une salle de forme très banale, un haut et long couloir, en structurant la nef avec un formidable jeu de volumes successifs et interpénétrés. Horizontalement, il découpe d’abord la salle en trois volumes par le jeu de trois structures ovales successives : l’ovale central ( 1 ) étant longitudinal alors que les ovales extrêmes ( 2 et 3 ) sont transversaux. A l’intersection de ces trois structures ovales, sont disposées deux autres ovales transversaux en surimpression ( 4 et 5 ). C’est donc finalement une succession cinq volumes circulaires qui structurent l’espace, lesquelles seront recomposées en trois zones (narthex, nef, chœur) afin de conserver une nef d’une certaine importance. Un premier volume (premier rectangle bleu) qui ne comprend qu’une partie du premier ovale et qui est coupé symboliquement de la nef par deux colonnes constitue ainsi une antichambre, ou un narthex. Le second espace correspond à la nef avec le grand ovale central augmenté de la plus grande partie des ovales en intersection (second rectangle bleu). La troisième partie enfin (troisième rectangle bleu), correspondant à une partie du dernier ovale transversal servant de chœur, lui-même magnifié par une seconde colonnade en avancée. Ce jeu de volumes en ovales successifs permet de raccourcir visuellement un volume étroit et long,  en lui donnant une grande dynamique.

Mais Balthasar Neumann a également dû jouer sur la hauteur, d’une part avec les deux niveaux de fenêtres de la résidence, un premier très haut correspondant aux pièces de réception, et un second plus petit correspondant aux appartements. Là encore, pour éviter le sentiment d’être écrasé par la hauteur du volume, Neumann le coupe en deux dans le narthex et le chœur par un jeux de colonnes et de balustrades à la hauteur du premier étage tout en laissant la nef ouverte. Enfin, du côté aveugle, les fenêtres hautes sont remplacées par des glaces pour faire symétrie avec le côté ouvert et pour participer à l’éclairage de la chapelle.

L’extraordinaire structure dynamique de la chapelle est toutefois un peu alourdie par la décoration intérieure toute de marbre et de dorures, exécutée de 1735 à 1743 et qui a été en partie inspirée des dessins de son rival Lucas von Hildebrandt. La chaire de style classique a été rajoutée plus tard (1774 / 1775).


[1] UNESCO, « Patrimoine mondial de l’Humanité » et site de la Résidence de Wurtzbourg.

Liste des articles sur l'Allemagne en diagonale, de Cologne à Nüremberg

Télécharger le document intégral