Le musée Arp de Remagen – Exposition Henri Moore

 

Allemagne Westphalie Remagen Bahnhof Rolandseck 04

Jean Arp, ou Hans Arp (1886 / 1966), était peintre, sculpteur et poète, d’origine allemande puis naturalisé français en 1926. Il a été l’un des cofondateurs du mouvement dada à Zurich en 1916, et il était ensuite proche du mouvement surréaliste à Paris.

Le Musée d'art contemporain de Rolandseck[1] (« Arp Museum Bahnhof ») lui est consacré. Le musée a ouvert ses portes en 2007 à Remagen, une petite ville située entre Coblence et Bonn. A partir de l’ancienne gare de Rolandseck devenue musée a été créé, de l’autre côté des voies, un nouveau bâtiment qui présente les œuvres de Hans Arp et Sophie Taeuber-Arp, son épouse, ainsi que des expositions temporaires d'artistes contemporains.

Le nouveau bâtiment du musée a été dessiné par l’architecte américain Richard Meier (1934) à qui l’on doit notamment, à Rome, la très belle église du Jubilée (2003) et la réussite du musée de l’Area Pacis Augustae (2005). Ses réalisations se caractérisent par son travail sur la lumière, en utilisant de grandes surfaces planes, lisses et blanches, complétées de décrochements, d’avancées, de volumes en saillies, contrastant avec des coupures, des retraits plus sombres, et d’importantes surfaces vitrées, voire des transparences dans le monument. Ces jeux de surfaces donnent une grande légèreté aux bâtiments que réalise Richard Meier. Le nouveau musée Arp de Rolandseck présente ces particularités avec l’exigence supplémentaire de devoir s’inscrire dans un environnement particulier, celui des rives escarpées et boisées du Rhin lesquelles sont agrémentées d’un chapelet de burgs en ruines.

Outre les œuvres de Jean Arp, une grande partie du musée est actuellement consacré à une exposition temporaire, celle des œuvres du sculpteur britannique Henry Moore (1898 / 1986). Henri Moore est notamment connu pour ses sculptures représentant des silhouettes monumentales, abstraites, couchées et souvent féminines. Les sculptures d’Henry Moore ont fait l'objet de nombreuses commandes officielles dans le monde.

L’intelligence de cette exposition est de montrer le travail créatif d’Henry Moore, comment il travaille les formes dans des séries de croquis et de dessins, en s’inspirant d’œuvres de la Renaissance italienne. C’est notamment le cas pour son travail sur la « Mère et Enfant » pour lequel il s’appuie sur des représentations d’art sacré de la Vierge Marie et de l’enfant Jésus, peintures et sculptures. Ses études sur la posture des corps s’effectuent également sur la base de tableaux de Courbet, Renoir ou Cézanne. Ces différentes œuvres, de la Renaissance aux Impressionnistes mais aussi Picasso, sont présentées dans une première salle d’exposition accompagnées des dessins réalisés par Moore. Ces rapprochements permettent de relier œuvres anciennes et œuvres contemporaines et de mieux comprendre le travail et la statuaire de Moore. Dans une dernière salle, l’exposition présente également les travaux d'Arp et de Moore, permettant d’identifier leurs similitudes et leurs différences.

Par delà la présentation des ouvres de Moore, la présence de ses œuvres dans et alentour d’un bâtiment de Meier est passionnante par les contradictions et les complémentarités qu’elle crée. Elle souligne comment l’un, Henri Moore, travaille plutôt les formes rondes, courbes, quand l’autre, Richard Meier, crée des bâtiments essentiellement composés de surfaces planes, droites, rectilignes. Comment l’un travaille le lourd, le plein, le massif, quand l’autre cherche la transparence, la lumière, la légèreté. Derrière cette première apparence, contradictiore, c’est un dialogue qui s’installe entre ces deux œuvres. Ce dialogue fait ressortir comment Moore peut aussi rechercher la lumière dans les interstices qui caractérisent différentes de ses œuvres, voire la légereté par des formes allongées, légères, qui jouent sur les transparences (Reclining) alors que Meier impose la masse de son bâtiment dans les collines qui bordent le Rhin, joue avec les retraits et les zones d’ombre.

L’ensemble, bâtiment et expositions, conscacre un formidable dialogue entre œuvres différentes, dans le temps comme dans l’espace.


[1] Musée d'art contemporain de Rolandseck - Arp Museum Bahnhof. Gare de Rolandseck, Hans-Arp-Allee 1, 53424 Remagen, Allemagne

Liste des articles sur l'Allemagne en diagonale, de Cologne à Nüremberg

Télécharger le document intégral