Des zones parallèles à la mer – Une région très ensoleillée transformée par le tourisme de masse

 

Algarve Monchique

Descendre en Algarve en automobile permet de se rendre compte de la géographie de la province. 

Après le plateau de l’Alentejo, aux grandes surfaces céréalières, aux vastes zones de parcours, aux arbres rares, l’Algarve s’annonce par une zone de petites montagnes qui culminent quand même bravement à Foia à 902 m, dans la chaîne du Monchique. Il s’agit d’une succession de zones montagneuses parallèles à la côte, laSerra do Monchique, la Serra de Espinhaço de Cão et laSerra do Caldeirão. Les montagnes occupent 50 % de la région et aident à protéger les régions côtières des vents du nord. Les rochesdominantes sont des schistes et des granits. Plusieurs rivières ont leur source dans les Serras : Ribeirade Seixe, de Aljezur, de Odiáxere, de Monchique et de Boina.On trouve dans cette zone de montagne une grande variété d'espèces végétales, le chêne des Canaries, le chêne-liège, le châtaignier, le magnolia, le caroubier, l’arbousier, le magnolia. En agriculture, c’est la région des figues, des caroubes, des amandes et des châtaignes.

Après la montagne, et avant d’arriver sur la côte, les routes traversent une zone de transition, la zone « Barrocal ». Elle est composée de calcaires et de schistes. Le paysage change ; avec de douces collines, c’est une zone de cultures d’où provient la majorité des produits agricoles de l’Algarve, oranges, pommes, poires, tomates, melons, fraises…

La zone côtière enfin, sur une longueur de 160 kilomètres environ, de faible altitude, est composée de roches sédimentaires et se termine par des falaises abruptes sur l’océan. C’est la zone de plus fort peuplement, très urbanisée, avec les villes de Lagos (29 000 habitants), Portimao (50 000), Lagoa (24 000), Albufera (39 000), Faro (59 000),Olhão (44 000),Tavira (25 000). Elle est traversée par routes, autoroute, chemin de fer et le paysage est mité par des constructions de lotissements et de maisons isolées séparées par des champs qui sont souvent à l’abandon.

La moyenne pluviométrique annuelle est de 522 mm,elle dépasse 800 mm dans la Serra do Caldeirãoet 1 000 mm dans la Serra de Monchique. L'ensoleillementmoyen est de 2 800 heures par an, ce qui en fait une des régions européennes les plus ensoleillées… et l’Algarve est devenue « naturellement » une zone de tourisme balnéaire, ce qui manifestement induit des évolutions importantes de sa population, de l’urbanisme et de l’occupation des sols.

La population de l’Algarve comprend un demi-million d’habitants, c’est la région qui connaît la plus forte augmentation démographique au Portugal. LePIB par habitant est inférieur à celui du Portugal(16 231 € contre 21 000 € ; France 44 000 €).Le secteur primairene représente que  5% du PIB régional, le secteur secondaire12 % et le tertiaire83 % ! En Algarve, 20% des salariés travaillent dans le tourisme. Cela participe au déséquilibre de la répartition de l’emploi (75 % des emplois sont concentrés dans la bande côtière), et entraîne une grande fragilité des emplois en fonction de la situation politique et économique internationale. 

Après une phase de baisse des recettes touristiques par suite des difficultés économiques, le Portugal connaît aujourd’hui une phase d’augmentation de ces recettes du fait du report des flux de touristes européens, pour des motifs de sécurité, des pays du Sud de la Méditerranée (Egypte, Maroc, Tunisie, Turquie) vers ceux du Nord de la Méditerranée (Espagne, Grèce, Portugal). Le Portugal a battu un nouveau record en 2016 en accueillant plus de 11 millions de touristes étrangers (+ 13 %), dont près de 3 millions en Algarve.  En 2016, le nombre de touristes étrangers a dépassé́ le nombre d’habitants au Portugal[1].L’Algarve a réalisé 5 milliards d’euros de recettes touristiques en 2015 sur les 11,4 milliards de recettes touristiques totales enregistrées au Portugal. L’Algarve est ainsi devenue la principale destination touristique du pays, avec des séjours plus longs (16,4 millions de nuitées), devant Lisbonne (11,5 millions de nuitées). Malgré une très forte progression les touristes français ont encore quelques efforts à fournir pour être aussi nombreux que les Britanniques (7% de la clientèle, contre 40% pour les Britanniques).


[1] Ambassade de France au Portugal. Service économique de Lisbonne. « Le tourisme au Portugal : intérêts et opportunités ». Juin 2017.

Liste des articles sur l'Algarve.

Télécharger le document intégral