Omeyyades, Abbassides, Almoravides, Almohades... puis un roi très chrétien

 

Portugal Algarve Silvès Château

Gharb al-Ândalus, l’Andalousie de l’ouest, telle est l’origine de l’Algarve. Après de premières reconnaissances militaires, en 710, les Arabes occupent finalement toute la péninsule ibérique en 715, à l'exception des Asturies. La présence arabe est néanmoins surtout concentrée dans le Sud de la péninsule, autour de Cordoue et de Grenade. La zone fait alors partie du califat des Omeyyades (661 / 750), avec Damas pour capitale. Les non-musulmans, chrétiens et juifs, jouissent de la liberté de culte et d'une large autonomie judiciaire, mais ils sont soumis à un impôt particulier. À l'époque musulmane, la principale ville de l’Andalousie de l’Ouest est Silves.

La chute des Omeyyades en 750 et leur remplacement par la dynastie des Abbassides qui s'installe dans sa nouvelle capitale Bagdad, contribuent à éloigner le centre administratif et politique du monde musulman de la péninsule ibérique. En 756, la région a une large autonomie vis-à-vis de Bagdad, se donnant une indépendance de fait au travers d’un émirat de Cordoue, Al-Andalus. Au début du XIsiècle, le califat de Cordoue éclate lui-même en plusieurs petits royaumes ou taïfas. La région de l’Algarve est ainsi partagée entre le taïfa d'Algarve et celui de Silves. Ces deux royaumes sont finalement conquis par le taïfa de Séville en 1051 et 1063.

Las Almoravides, une confédération de tribus berbères, conquièrent Al-Andalus entre 1090 et 1094 mais, après leur chute en 1147, le taïfa de Silves retrouve son indépendance et un commerce bien établi avec les ports de la Méditerranée et d'Afrique, Silves était alors un port important avant l’envasement du fleuve. C'était aussi un foyer culturel et artistique important lié à l'Andalousie et à l'Afrique du Nord et connu pour ses poètes et ses philosophes. Indépendance de très courte durée puisqu’à partir de 1151 la région est occupée par les Almohades, un mouvement religieux lui aussi d’origine berbère, intolérants vis-à-vis des non-musulmans.

En 1191, le roi Sanche Ier de Portugal s'empare de Silves avec l'aide de croisés venant d’Angleterre. Il est le premier à porter le titre de « Roi de l'Algarve » qu’il utilise avec les titres de Roi de Portugal et Silves, voire même les trois titres ensemble ! Après cinq siècles de présence, Paio Peres Correia (1205 / 1275), Grand Maître de l’Ordre de Santiago, expulse les Maures de la région de Tavira en 1242. Bien que la région du « Gharb » n’ait aucune autonomie politique vis-à-vis du Portugal, les successeurs de Sanche Ier de Portugal continuent à utiliser le titre de Rois de Portugal et de l'Algarve (Rei de Portugal e do Algarve) jusqu'en 1471.

La forteresse de Silves, appelée aussi château Al Hamra (le rouge), comprenait trois rangs de murailles, de grès rouge et torchis, entourant la ville sur une surface de 12 hectares. Construite à l’origine par les Romains, complétée par les Wisigoths, les  Maures et les premiers rois du Portugal, elle a été endommagée par le tremblement de terre de 1755, il n’en reste que quelques pans et une tour d’une des quatre portes de la ville. 

Dominant la ville au nord-est, l’Alcazaba ou château fortifié, bâti entre le VIIIsiècle et le XIIIsiècle, a conservé ses murailles et ses tours carrées de la période islamique, ainsi que ses citernes du XIsiècle qui servaient à ravitailler la ville en eau en cas de siège. L’enceinte du château est grossièrement polygonale, flanquée de onze tours rectangulaires, et comporte deux portes, l’une vers la ville avec une porte double (Porta de Loulé), l’autre directement vers l’extérieur, au Nord, toujours fermée, connue comme « la Porte de la Trahison » et ne devant servir qu’en cas de fuite  ! La grande citerne à eau, à quatre voûtes, est toujours utilisée par la ville. Le château de Silves est l’un des rares monument mauresque dont la structure générale a été conservée.

Cette occupation de cinq siècles laisse une trace profonde dans les régions concernées, dans la langue, la toponymie (notamment les noms de villes commençant par al-), l'agriculture, le commerce et les mœurs. Cette influence marque surtout le sud du pays où la présence musulmane s'étend sur cinq siècles et où les Berbères n'hésitèrent pas à se mêler à la population chrétienne ; beaucoup resteront dans la péninsule après la reconquête : les Mudéjars)

Liste des articles sur l'Algarve.

Télécharger le document intégral