Tchéquie Prague Nové Mesto Place Venceslas Passage Lucerna

Le scaphandrier de l’air se suspend et regarde
La tête en bas du haut du dôme de Hrachin
Accroché par la queue aux volutes baroques
Il goûte à la beauté comme un singe au miroir
Il condense la ville en sa boule magique
Et fouette les chevaux du manège du temps
Ce qui tourne n’est pas la terre mais sa tête
Cet acrobate n’en sait rien Il est content
En bas comme un fil noir la Vltava s’étire
Vers un lointain peuplé dont il ne peut rien voir
Récusant l’horizon captif de son délire
Il vit comme un poisson dans l’eau d’un diamant »[1].

 

 

 

 

 

 

 

 

Rappels d’histoire contemporaine (1/24)

Dans Staré Město(2/24). Staroměstské náměstí – Le Palais Golz-Kinský– Resslova třída

Sur la colline de Hradčany… (3/24). Le château - Palais Černin

Sur la colline de Letná... (4/24). La queue devant la boucherie – La honte du sculpteur

Dans Nové Město… (5/24). La Place Venceslas - Národní třída

Prague, après la révolution de velours (6/24). Un temps plus léger – D’avant le tourisme de masse

Entre liberté nouvelle et langue de bois ancienne (7/24). Le mur Lennon – Des services au fonctionnement étrange

Quelques autres particularités de la Prague de 1990 (8/24). Une voiture à problèmes – Un inconnu nommé Kafka

Une histoire pragoise (9/24). La réalité de la vie à Prague avant la révolution de velours

La main de fer du capitalisme dans le gant de velours de la révolution (10/24). Des lendemains qui ne chantent pas nécessairement

Prague baroque (11/24). La Contre-Réforme – La famille des Dientzenhofer

Prague baroque, Saint-Nicolas de Malá Strana (12/24). Une composition intérieure très dynamique

La Prague de Kafka (13/24). Moins de style pompier – Surtout des bâtiments culturels

Prague, l’Art nouveau et le cubisme (14/24). Styles Sécession puis Cubiste

Prague, du fonctionnalisme à l’abandon par le socialisme réel (15/24). Une éclosion architecturale remarquable

Quelle architecture contemporaine à Prague ? (16/24). Un renouveau architectural pragois ?

Prague magique ? (17/24). Mais que voulait dire André Breton avec sa « Prague magique » ?

Prague fantastique ? (18/24). Légendes et fantômes

Prague mystérieuse ? (19/24). Une Prague de passages dérobés, de signes cabalistiques ?

Prague nostalgique ? (20/24). La Petite Mère s’est convertie au tourisme de masse

Prague insolite (21/24). Des objets curieux dans la ville

Prague, lanterne magique (22/24). Une ville où, plus que toute autre, l’histoireest présente

Où la Prague fantastique n’a peut-être pas totalement disparu ! (23/24). Réalité, fiction ?

Liste des articles (24/24). 

 Prague – Montpellier, Senlis, août 1990 / janvier 2018

Télécharger le document intégral

[1] Jean Marcenac. « Le livre des blessures – Les amants de la beauté pure devant Prague ». 1953.