Organiser des initiatives dans les pays en développement

 

Burkina-Faso Ouagadougou Relax Hôtel

Grâce à l’appui politique et financier accordé depuis plusieurs années par le ministère des Affaires étrangères aux formations professionnelles agricoles et rurales, nous avons été chargé d’organiser, à Ouagadougou, un séminaire international sur ce thème. L’objectif est de réunir différents types d’acteurs africains, concernés par le sujet, représentants d’associations paysannes, de projets de développement rural, d’administrations de l’Etat, d’établissements d’enseignement et de formation. Ensemble nous souhaitons  analyser des expériences nationales en cours et déterminer pourquoi et comment mettre en place des dispositifs de formation professionnelle adaptés aux différents publics des zones rurales. 

Suite aux contacts, rencontres et sessions de formation déjà développées sur ce thème depuis une dizaine d’années, nous attendons des participants en provenance d’une quinzaine de pays africains, majoritairement francophones. Public complémentaire indispensable : des représentants d’organisations internationales (Banque mondiale) et de coopérations bilatérales (Affaires étrangères, Agence française de Développement, Agence de la francophonie, Coopération allemande) lesquels seront présent dans la mesure où ils sont fréquemment des financeurs de projets ou de programmes de formation professionnelle. De fait, cette réunion constitue la première rencontre de discussion et de confrontation, entre pays d’Afrique francophone, institutions bilatérales et multilatérales de coopération, sur le thème particulier de la formation agricole et rurale.

Organisateurs de la manifestation, nous avons donc prévu d’arriver à Ouagadougou plusieurs jours avant son début afin de nous assurer que son organisation matérielle sur place soit prête : organisation de l’accueil des participants à l’aéroport, hébergement et restauration des participants, conditions de travail pendant le séminaire, sans oublier le nerf de la guerre : le paiement des indemnités de déplacement ! Tous ces aspects matériels ont été délégués par convention à un établissement international réputé situé sur le campus universitaire de Ouagadougou.

A la descente de l’appareil, nous retrouvons tout ce qui fait le charme et le tourment de l’organisation de ce type de manifestation en Afrique : une chaleur d’étuve faisant suite aux premières averses de la saison des pluies et personne à l’accueil ! Rien que de très habituel somme toute. Heureusement, à l’hôtel, les chambres que nous avions directement réservées sont bien disponibles. 

Le désagrément de l’absence d’accueil est partiellement compensé par l’observation d’une étrange cérémonie qui se déroule autour de la piscine de l’hôtel. Une bonne trentaine de personnes sont sagement assises dans des fauteuils de jardin face à un animateur muni d’un micro. Celui-ci appelle un numéro, un individu se lève et se dirige alors vers une tribune où siègent les membres d’un jury, à qui elle serre les mains après avoir reçu un objet. Au travers les allusions faites par l’animateur, au milieu d’un flot de paroles, traitant de tout et de rien, sans oublier les plaisanteries de rigueur pour détendre l’atmosphère, je finis par comprendre qu’il s’agit d’une cérémonie de remise des prix d’une grande tombola organisée par des commerçants de la ville. Les premiers prix, je veux dire les plus petits, sont généralement composés d’une carte d’abonnement (de téléphone, je suppose ?), d’un polo ou d’un stylo. Et ils sont très nombreux ces premiers prix, faisant à la fois trainer la cérémonie en longueur et monter certainement l’adrénaline chez les participants, du moins ceux qui n’ont pas gagné un de ces fastueux premiers prix !

Toutefois, après le huitième prix, cela devient de la folie : ce sont désormais deux polos ou deux stylos que l’on gagne et le montant des cartes d’abonnement augmente de valeur, de 5.000 francs CFA à 25.000 francs CFA ! Après le cinquième prix, cartes d’abonnement, stylos et polos sont finalement remplacés par des lots plus conséquents : téléphone portable pour le quatrième prix, mini frigo pour le troisième, téléviseur pour le second… Mais, pour le premier prix, je ne saurais jamais de quoi il s’agit, l’animateur n’ayant pas annoncé quel était l’objet gagné et celui-ci n’étant pas présent sur la tribune ! Bien sûr, comme toutes les manifestations de ce type dans le monde, internationalisation des références oblige, cela se termine par un grand buffet autour de la piscine.

Liste des articles sur Chroniques burkinabées

Télécharger le document intégral