Marxisme-léninisme et pensée Mao Zedong

 

Chine Anhui Huangshan rivière Xinan filature de la soie

La période de la Révolution culturelle semble oubliée en Chine et les traces de ce temps de bouleversements terribles et meurtriers sont rares. Mais, vraisemblablement, les étrangers ne savent pas les voir ? Car ces traces existent certainement, ne serait-ce qu’en creux, par la démolition de monuments anciens par exemple.

Aussi, est-ce avec un certain étonnement que je repère cette vaste fresque, de 3m x 4m environ, sur un mur d’usine, une fresque récemment repeinte. On y retrouve le langage du romantisme révolutionnaire avec de jeunes hommes, souriants, sûrs d’eux-mêmes et de leur avenir : un ouvrier, ou un paysan, brandissant le petit Livre Rouge des citations du Président Mao et qui peint un slogan sur le mur ; il est accompagné d’un membre du parti (?) et d’un soldat. Le slogan qu’il écrit proclamerait : « Courage » !

Ce qui est étrange, c’est que cette fresque peinte, ou repeinte, est située à l’entrée d’une ancienne usine de tissage de la soie laquelle a récemment fait faillite pour cause de non-rentabilité. Une activité réduite dans ce domaine est néanmoins maintenue et l’on entend encore le bruit des métiers à tisser. Par contre, la salle de la cantine de l’usine a été transformée en une vaste salle de restaurant pour des groupes touristiques qui viennent prendre le bateau à proximité afin de faire une croisière sur la rivière Xinan. Cette nouvelle activité de l’entreprise semble bien fonctionner et, complémentairement, à l’usage des convives, quelques salles de l’ancienne usine ont donc été transformées en petit musée sur la culture de la soie, le traitement et le tissage de la soie. Mais alors, ce slogan « Courage », peint ou repeint sur le mur de l’usine, à qui s’adresse-t-il ? Aux anciennes ouvrières reconverties en serveuses de restaurant ? Serait-ce un clin d’œil ironique ? Etrange néanmoins…

Parfois, on remarque des slogans peints sur les murs d’un temple ou d’une antique maison, comme celui-ci dans la maison d’un riche commerçant ayant servi d’auberge, puis transformée à l’époque maoïste en bureau de travail pour la communauté villageoise :

« Sans un parti révolutionnaire, sans un parti fondé sur la théorie révolutionnaire marxiste-léniniste et le style révolutionnaire marxiste-léniniste, il est impossible de conduire la classe ouvrière et les grandes masses populaires à la victoire dans leur lutte contre l'impérialisme et ses valets » [1].

On se demande bien ce qu’est devenue « la théorie marxiste-léniniste et la pensée Mao Zedong » dans un pays où la majorité de ses habitants semble avoir prioritairement à cœur de s’enrichir et de posséder les derniers biens de consommation à la mode. Lors d'une « tournée d'inspection » dans le sud du pays, du 18 janvier au 21 février 1992, notamment dans la région de Shenzhen, Deng Xiaoping n’avait-il pas lancé aux Chinois un historique « Enrichissez-vous !», reprenant en cela un slogan attribué à François Guizot, ministre du roi Louis-Philippe 1er ? Certes, en cherchant un peu, on découvre que Xi Jinping, Président de la République Populaire de Chine, fait référence au marxisme-léninisme dans l’introduction de son discours au 19eCongrès national du PCC le18 octobre 2017 :

« Dès lors, les Chinois ont trouvé un guide [2] leur permettant de mener à bien leur lutte pour l'indépendance nationale, l'émancipation du peuple, la prospérité du pays et le bonheur des citoyens, passant ainsi sur le plan moral de la passivité à l'initiative ».

Mais, dans son discours, les références de Xi Jinping au marxisme-léninisme et à la pensée Mao Zedong ne dépassent guère celle des incantations générales et très vagues en ouverture de son intervention. Dans le discours lui-même sur les orientations économiques et politiques, on ne trouve guère d’élément de référence à la théorie, sinon peut-être l’affirmation qu’il existe des contradictions sociales et économiques dans le développement du pays. C’est déjà ça. En France, ce type de contradictions n’existe tout simplement pas dans les discours officiels : si l’on consent parfois à reconnaître que s’expriment des « incompréhensions » chez les citoyens, elles sont toujours expliquées par une communication gouvernementale qui n’a pas fait preuve d’assez de « pédagogie » !


[1] Petit Livre Rouge. « Citations du Président Mao-Tsé-Toung ».