Une ville trop méconnue qui mérite d'être visitée
10 octobre 2013

Turin trop méconnue (14/14). Liste des articles sur Turin.

Turin, modèle de la ville classique ? (1/14) Une ville à l'urbanisme maîtrisé - Un modèle issu de la Renaissance italienne Au centre, la piazza Castello. (2/14) La piazza Castello - Le Palais Royal et le Palais Madama Un grand architecte baroque, Guarino Guarini. (3/14) De nombreuses commandes - Mais disparues pour la plupart - Un architecte inventif, dans un art de synthèse San Lorenzo (1668 / 1687), une oeuvre inspirée de la grande mosquée de Cordoue ? (4/14) De remarquables coupoles - Une œuvre inspirée de l'art gothique et de... [Lire la suite]

09 octobre 2013

Turin trop méconnue (13/14). D'autres réalisations à voir...

Des réalisations remarquables - Qui ne sont pas sans poser problèmes !   Le Palazzo dell'Esposizione Internazionale del Lavoro[1], est une grande salle quadrangulaire (22.500 m2). Elle est composée de 16 éléments modulaires, de 40 mètres de côté et composés chacun d’un pilier central de 25 mètres de hauteur, tronc conique, qui se termine en « parapluie » horizontal et carré, supporté par des poutres radiales en acier. L'éclairage naturel est assuré par les façades et les fentes-lucarnes qui séparent les... [Lire la suite]
08 octobre 2013

Turin trop méconnue (12/14). Au hasard des promenades...

Des réalisations contemporaines d'importance - D'architectes renommés v\:* {behavior:url(#default#VML);} o\:* {behavior:url(#default#VML);} w\:* {behavior:url(#default#VML);} .shape {behavior:url(#default#VML);}   Faute d’importance donnée par les guides touristiques aux réalisations contemporaines, c’est souvent par le plus grand des hasards[1] que l’on découvre les nouvelles réalisations architecturales : avec la visite de musées (Galerie d’Art moderne, musée de l’automobile), en circulant dans la ville (marché... [Lire la suite]
07 octobre 2013

Turin trop méconnue (11/14). Autre curiosité, la "Torre Littoria", via Giambattista Viotti.

Une tour révolutionnaire au milieu des façades baroques - Une oeuvre du futurisme italien   Mais Turin est remarquable avec d’autres projets architecturaux contemporains lesquels sont rarement mentionnés dans les guides touristiques ! C’est le cas avec la Torre Littoria, à deux pas des façades baroques de la Piazza Castello et de la Via Roma ! Il s’agit d’un bâtiment mixte, bureaux et logements. Les bureaux, situés au sein d’une base allongée de neuf étages dans la via Giambattista Viotti, parallèle à la via Roma,... [Lire la suite]
Posté par marat alain à 07:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 octobre 2013

Turin trop méconnue (10/14). Une curiosité architecturale, le Môle Antonelliana !

L'académisme prétentieux de l'architecture de la fin du XIXe - Mais aussi des audaces révolutionnaires   « Tout à l'heure, je suis passé au môle Antonelliana, l'édifice le plus génial peut-être qui ait été construit - curieusement il n'a pas encore de nom - jailli d'un désir de hauteur - il n'évoque rien en dehors de mon Zarathoustra. Je l'ai baptisé Ecce Homo et je l'ai entouré en imagination d'un gigantesque espace découvert »[1]. L’architecture de la seconde moitié du XIXe siècle est des plus étonnantes. Elle... [Lire la suite]
05 octobre 2013

Turin trop méconnue (9/14). Filippo Juvarra (1678 / 1736), du baroque au classicisme ?

Un architecte au service d'un Roi et de sa capitale - Des délices de Santa Cristina à l'imposant palais de Stupinigi   Filippo Juvarra, d’origine sicilienne, après des études d’architecture à Rome, il entre au service de Victor-Amédée II, duc de Savoie, nommé roi de Sicile. C’est toutefois à Turin, au service de la cour de Savoie, qu’il va réaliser ses œuvres les plus importantes : la façade du palais Madama, la basilique de Superga, les églises San Filippo Neri et Santa Cristina. Si la façade de la petite... [Lire la suite]

04 octobre 2013

Turin trop méconnue (8/14). Nietzsche à Turin.

Les derniers mois de Nietzsche à Turin - Une plaque commémorative imbécile   « Mais quelle ville digne et sérieuse ! Pas du tout grande ville, pas du tout moderne, comme je le craignais : mais une résidence du XVIIe siècle, qui n'a eu qu'un seul goût déterminant en tout, la cour et la noblesse. Tout porte la marque du calme aristocratique : il n'y a pas de mesquines banlieues ;  une unité de goût, jusque dans la couleur (toute la ville est jaune ou ocre rouge) »[1]. Le 5 avril 1888,... [Lire la suite]
03 octobre 2013

Turin trop méconnue (7/14). Le musée du Risorgimento.

Les guerres françaises d'Italie - La création de l'unité italienne (le Risorgimento) - Une muséographie attrayante   Le palais Carignano héberge le musée national du « Risorgimento »[1]. Le Risorgimento concerne cette période de l’histoire qui, au XIXe siècle, a consacré l’unification des différents Etats de l’Italie (duchés de Modène, de Parme, de Toscane, royaumes des Deux-Siciles, de Sardaigne, Etats pontificaux) et des possessions étrangères (Lombardie, Venise) sous la houlette de la Maison de Savoie. Nous,... [Lire la suite]
Posté par marat alain à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 octobre 2013

Turin trop méconnue (6/14). La place et le palais Carignano

Un palais dont la façade serait inspirée de celle du Louvre proposée par Bernini ? Le théâtre Alfieri et le glacier inventeur de l'eskimo !   Le palais Carignano (1679 / 1684) est le chef-d'œuvre civil de Guarino Guarini. Il s’agit d’une construction imposante réalisée pour le prince Emmanuel-Philibert, surnommé « le Muet », fils du prince Thomas de Carignan, une branche cadette de la famille de Savoie. « Palais Carignano. Façade en briques roses qui ondule en courbes et contre-courbes (…) déployant les... [Lire la suite]
01 octobre 2013

Turin trop méconnue (5/14). La chapelle du Saint-Suaire (1667 / 1690).

Une réalisation prestigieuse - et audacieuse...   Le Saint-Suaire est, selon la tradition, le linceul dans lequel Jésus aurait été enveloppé après la crucifixion. Cette pièce de toile de 4,4 mètres sur 1,1 est apparue en 1353 en Champagne. Un siècle plus tard, il est cédé au duc Louis Ier de Savoie qui le dépose à Chambéry. Enfin, il est transféré à Turin en 1578 et, le 1er juin 1694, déposé dans la chapelle spécialement construite pour l’accueillir dans la cathédrale. La chapelle du Saint-Suaire est située derrière le chœur... [Lire la suite]