24 mai 2017

viêt-Nam Nord / Sud (26/26). Liste des articles.

Viêt-Nam un voyage dans la mémoire (1/26). Bangkok un univers de contradictions ? Premiers pas difficiles à Hanoi (2/26). Se promener en ville confronte à des difficultés inédites – Marcher sur les trottoirs et traverser les rues Le Viêt-Nam ? Une histoire de famille ! (3/26). Tantes vietnamiennes – Et souvenirs de discussions familiales Hommage à Oncle Ho (4/26). Pauvre Oncle Ho momifié – Protestation contres les bombardements américains Pagodes, temples et monuments... [Lire la suite]

18 mai 2017

Viêt-Nam Nord / Sud (23/26). HCHC - Rue Dong Khoï, ex-rue Catinat, encore et toujours.

La cathédrale – Le grand Théâtre – Les quais du port   « ... je remontais la rue Catinat jusqu’à l’endroit où une hideuse cathédrale rose barre le chemin »[1]. La cathédrale rose barre toujours le chemin, elle est même précédée d’un avant-poste constitué d’une abominable statue de la vierge saint-sulpicienne. Avec le temps, la cathédrale a un petit air attendrissant, petit morceau de France égaré sous les tropiques, petite sœur de la cathédrale de la Nouvelle-Orléans, l’une rose, l’autre blanche, l’une à deux... [Lire la suite]
16 mai 2017

Viêt-Nam Nord / Sud (22/26). HCHC - Rue Dong Khoï, ex-rue Catinat.

Le Givral et le Grand Hôtel Continental   Saigon, c’est aussi un souvenir de photos familiales : mon jeune oncle, en costume blanc de marin se promenant rue Catinat sur un trottoir de petites dalles carrées beiges. Une « petite » ville qui ressemblerait à nos cités méridionales, si ce n’était l’exotisme des passantes habillées en aò-dài et coiffées du « nòn là », le chapeau conique en feuilles de latanier. Ou encore mon oncle, toujours, photographié à côté de son vieil Avro-Lancaster de la marine... [Lire la suite]
14 mai 2017

Viêt-Nam Nord / Sud (21/26). Entrée dans Ho-Chi-Minh-City.

L’ambassade américaine et le palais de l’Indépendance   Au long de la route qui conduit à Saigon, les bornes kilométriques héritées de la colonisation française, blanches, à capuchon rouge, portent le sigle « H.C.M.C » pour « Ho-Chi-Minh-City »... « Une pluie chaude, pesante torrentielle, se déverse de nuages plombés, inonde les arbres et les rues d’une ville coloniale qui sent le musc et l’opium... ». C’est ainsi que Pierre Loti présente Saigon, une Saigon « d’exil et de langueur ».... [Lire la suite]