Piazza della Madonna dei Monti - San Sergio y Bacco – Pierres d'achoppement sur la Via Madonna dei Monti - La Torre del Grillo - Marchés de Trajan - Santo Domenico e Sisto - Santa Caterina a Magnanapoli - Jardin Aldobrandini - Via Panisperna – Santa Pudenziana

 

Rome Suburra

En contrebas de la via Cavour, plusieurs escaliers permettent de descendre dans les via Urbana et Leonina, portes du quartier de la Suburra. La Suburra (du latin suburbium), dont le nom signifie « zone habitée sous la cité », est située sur la face Sud de la colline du Quirinal. La partie haute étant habitée par l’aristocratie, la partie basse par le peuple. La Subura devint partie intégrante de la zone urbaine de Rome lorsque le roi d'origine étrusque, Servio Tullio, la choisit comme lieu de résidence et définit les quatre quartiers de Rome : Palatina, Collina, Suburana et Esquilina.

C’était la zone la plus populaire de la Rome antique, composée d’un dédale de ruelles, de marchés, de boutiques, surpeuplée, sale, bruyante et surtout dangereuse, entre autres par ses tavernes, auberges et bordels, ses écoles de gladiateurs, ses voleurs, mais aussi à cause des nombreux incendies et effondrements des hautes Insula qui y étaient construites, trop vite et au moindre coût. Tiens ? Cela vous rappelle quelque chose ? Comme quoi, cela ne date pas d’hier que des promoteurs indélicats mettent un peu trop de sable dans leur béton.

Fellini a donné une vision toute personnelle de ce quartier dans les premières séquences du film « Fellini Satyricon »[1], un quartier crépusculaire et populaire, mêlant tavernes et bordels avec des figurants aux trognes caricaturales ou monstrueuses. Fellini reconstitue une atmosphère, louche et sordide, d’une société sans valeurs, décadente… renvoyant à notre société contemporaine bling-bling où seul compte l’argent et le plaisir individuel.